@
11 août 2017

Un match sous haute tension

Ça va chauffer vendredi soir au Stade Mémorial Percival-Molson ! Nos Alouettes attendent les Argonauts de Toronto avec impatience… tout comme vous, sans doute ! Le match du 11 août s’annonce fort émotif, particulièrement pour les vétérans qui affronteront leurs anciens coéquipiers – S. J. Green, Bear Woods et Brandon Whitaker – ainsi que leurs ex-patrons, Jim Popp et Marc Trestman. La formation adverse aura beau avoir des airs de famille, nos gars n’ont pas prévu la ménager pour autant. Selon la LCF, rien n’est certain en cette 8e semaine de jeu. À Montréal, ce dont on est sûr c’est que la troupe de Jacques Chapdelaine est prête à redoubler d’efforts pour s’emparer du premier rang de l’Est.

 

La confiance règne

La bonne nouvelle c’est qu’après s’être reposés pendant une semaine, les gars se sont montrés prêts à relever le prochain défi. Ils ont été nombreux à ne pas chômer pendant leur congé… On a vu Mincy courir des tracés, Logan à vélo, B. J., LBJ et Boris enseigner le foot à des pilotes automobiles, Fredo Plesius et Haïdara motiver des jeunes de Montréal-Nord… Bref, le moral est bon dans le vestiaire montréalais cette semaine et tout le monde met les bouchées doubles en prévision du gros match de vendredi, le deuxième de la saison seulement contre une équipe de notre division. Billy Parker, entraîneur adjoint en défense, s’est même dit impressionné de voir l’unité défensive aussi disciplinée à son retour de la relâche. « J’ai été très encouragé par les joueurs. Ils sont tous revenus prêts à travailler encore plus fort. L’énergie à l’entraînement est phénoménale, même Jacques l’a dit. Les gars sont concentrés, le rythme est très très bon et on est certainement sur la bonne voie pour aller chercher la victoire contre Toronto. » Les joueurs ne sont pas seuls à avoir tiré le maximum de la bye week. Jacques et ses collègues ont profité du temps mort pour analyser le premier tiers de la campagne et s’entendre sur les ajustements à apporter pour permettre à chaque unité d’atteindre son plein potentiel.

 

Ça bouge en défense

Il n’en demeure pas moins que tout le personnel entraîneur de la défense avait un beau casse-tête à résoudre cette semaine. Après le départ soudain du maraudeur Chris Ackie, l’équipe de Noel Thorpe a mis la profondeur de sa troupe à l’épreuve. Vendredi, on verra de nouveaux pions sur l’échiquier défensif en commençant par Dondre Wright et Mikaël Charland au poste de maraudeur. Bien que la présence de Ricky Ray ne soit pas confirmée, on se méfie de celui qu’on connaît trop bien : S. J. Green. L’apport du triangle de droite composé du secondeur Chip Cox et des demis défensifs Stewart et Dozier sera crucial pour freiner le redoutable numéro 19, tandis que de l’autre côté, on comptera sur la réactivité de Jonathon Mincy et Ky Hébert pour contrer les longues passes de l’attaque torontoise.  Selon Billy Parker, un retour aux sources est nécessaire. « Il faut qu’on retrouve notre style de jeu, notre marque de commerce. On joue vite, on joue dur et on regagne rapidement le ballon. Si on fait ça, tout va bien aller. » Cette marque de commerce comprend sans aucun doute aussi un nombre considérable de sacs du quart, gracieuseté de John Bowman. On compte sur l’ailier vétéran qui a cumulé 115 sacs à présent en carrière pour déstabiliser quiconque sera au poste de pivot de l’autre côté de la ligne de mêlée. Fait intéressant : c’est contre les Argos que John performe le mieux. Sur ses 155 sacs, 25 ont été réalisés contre les bleus de Toronto.

Achetez vos billets »

 

Une attaque imperturbable

Au fil des ans, Darian Durant a appris à maintenir le cap après les victoires et à tirer de bonnes leçons de ses revers. On l’a d’ailleurs vu se redresser rapidement à plusieurs reprises cette année et livrer la marchandise. Tandis que la frénésie sera palpable sur le terrain vendredi, la constance et l’imperturbabilité du quart d’expérience seront certainement des atouts majeurs pour l’attaque. À sa 120e partie en carrière, Darian aura l’occasion de se tailler une place au sein du groupe élite des 15 meilleurs quarts de tous les temps. S’il réussit à franchir 135 verges par la passe, il dépassera Sam Etcheverry au 14e rang du classement. Étant donné que ses fiches des deux derniers matchs affichaient plus de 300 verges, la marque paraît parfaitement atteignable.

S’il est un domaine dans lequel nos Alouettes ont une longueur d’avance sur leurs adversaires, c’est bien celui du jeu au sol. En six matchs, nos hommes ont porté le ballon sur plus de 685 verges. À titre de comparaison, après sept rencontres, les Argos en comptent seulement 363. On a hâte de voir quelles surprises nous réservent nos demis offensifs et le centre-arrière J-C Beaulieu. L’ancien du Vert et Or nous épate de plus en plus à chaque match ! Son compatriote québécois Philippe Gagnon – qui sera partant au poste de garde pour la première fois – et lui pourraient d’ailleurs faire partie des clés de l’attaque qui cherchera à tout prix à éviter les sacs du vigoureux Victor Butler et à désarmer la puissance de Bear Woods.

 

Le trio infernal

Évidemment, on aura nos étoiles B. J. Cunningham, Ernest Jackson et Nik Lewis à l’œil aussi ! La chimie est vraisemblablement installée au sein du groupe de receveurs (B. J. et E. J. sont devenus de bons amis)  et leur progression parle d’elle-même. Classé sixième de la ligue avec 475 verges sur réception, Cunningham, qui a marqué trois touchés depuis le début de la saison, semble être parti pour la gloire ! Le receveur de 28 ans a la réputation d’être bon élève et il a la chance d’avoir un excellent mentor : Nik Lewis. Celui qu’on surnomme le bulldozer, s’est taillé une place au 3e rang de l’histoire de la LCF avec 1 011 attrapés en carrière. Il ne lui en faut plus que sept pour déloger Ben Cahoon de la deuxième marche du podium et 19 pour fracasser le record de 1 029 passes captées de Geroy Simon. Si la tendance se maintient, Nik atteindra le sommet au plus tard cet automne.

Achetez vos billets »

On se voit à 19 h 30 au Stade Mémorial Percival-Molson pour le duel de l’année !
Astuces : Arrivez tôt pour ne pas rater l’apéro… et affichez vos couleurs, c’est le match de la Fierté !