Menu
@
14 février 2018

Apprendre à persévérer

6 pieds 4, 245 libres. Le physique imposant d’Oumar Touré a de quoi impressionner. Mais il n’y a pas que la taille du centre-arrière qui étonne. Diplômé de l’Université de Sherbrooke, Oumar a eu un parcours, disons… atypique. Enfant, il rêvait de devenir joueur de soccer professionnel, mais la vie en a décidé autrement. À 9 ans, le Malien d’origine a quitté le Sénégal où il a grandi avec sa famille pour mettre les pieds à Gatineau pour la première fois. Adieu camps de formation européens, bonjour hivers farouches québécois. Ce n’était pas la dernière fois qu’Oumar allait devoir sortir de sa zone de confort. Plusieurs années plus tard, à quelques mois du repêchage de la LCF, le centre-arrière a dû faire le sacrifice de se transformer en receveur pour aider ses coéquipiers du Vert et Or de Sherbrooke.

Cet article ne se veut toutefois pas l’histoire d’Oumar Touré. C’est l’histoire de tous les élèves du secondaire qui seront touchés cet hiver par les témoignages de gars comme Oumar. Depuis 1998, grâce au programme Ensemble à l’école, les Alouettes s’efforcent d’encourager la persévérance scolaire en incitant les jeunes à prendre des décisions éclairées et en accordant un maximum d’importance à leurs études. En 20 ans, plus de 75 000 élèves ont eu l’occasion d’entendre comment des hommes, tous détenteurs de diplômes universitaires, ont réussi à atteindre des sommets sportifs et professionnels malgré les embûches.

Aujourd’hui, la mission se poursuit. Le 30 janvier dernier, près de 175 élèves de la polyvalente Poly-Jeunesse ont reçu la visite d’Oumar Touré. Plus de la moitié de ces jeunes provenaient de classes d’adaptation scolaire. 50 étaient membres de l’équipe de football de l’école, les Loups. Selon Frédéric Desbiens, directeur adjoint à la Poly-Jeunesse, l’effet sur l’ensemble des jeunes, particulièrement sur les joueurs de foot, est palpable. « Même s’ils se le font répéter quotidiennement, les jeunes arrivent à réellement comprendre l’importance des études grâce à des interventions comme celle de Touré. Chacun a son histoire, mais en en travaillant fort et en persévérant, on peut réaliser plein de choses. L’important c’est de croire en son potentiel et de prendre les moyens nécessaires pour réussir. »

Heureusement, le taux de décrochage scolaire est en baisse à Montréal – il est passé de 24,6 % en 2009 à 18,1 % en 2014 -, mais, malgré cette amélioration notable, la situation dans la métropole demeure préoccupante selon Réseau Réussite Montréal. L’organisme régional qui travaille à accroître la persévérance scolaire à Montréal depuis 2009 affirme qu’il sera impossible d’atteindre l’objectif provincial de diplomation (fixé par le MEES à 80 % en 2020) sans diminuer l’abandon scolaire.

Appuyer les actions dans les quartiers les plus sensibles, favoriser la cohésion entre les différents acteurs et adapter les interventions aux besoins des élèves à risque font donc partie des stratégies mises en place par Réseau Réussite Montréal. Les témoignages de colosses ne sont peut-être pas une méthode traditionnelle, mais ils rejoignent certainement une cible qui peine à retrouver sa motivation. « Il y a des jeunes qui décrochent parce qu’ils éprouvent des difficultés scolaires, mais il y a aussi des jeunes qui le font pour des raisons plus personnelles; parce qu’ils ont vécu un événement difficile, par exemple. On encourage les joueurs à parler des obstacles qu’ils ont personnellement eu à surmonter pour terminer leurs études justement afin de rejoindre ces profils particulièrement fragiles. », explique Benoit Landry, coordonnateur de la stratégie d’action locale à Réseau Réussite Montréal. « Les jeunes de différentes communautés culturelles ont besoin de modèles adultes positifs auxquels ils peuvent s’identifier. Les témoignages de joueurs sont un geste important de plus parmi une série de gestes positifs qui doivent être posés. »

Avant de prendre le micro, les gars doivent savoir à quoi et à qui ils ont affaire. En début d’année, les 10 joueurs participants ont suivi une formation offerte par M. Landry qui leur a permis d’étudier le contexte particulier montréalais, d’obtenir un portrait clair des jeunes qui décrochent et de comprendre pourquoi certains persévèrent et d’autres pas. L’apprentissage ne s’arrête pas là toutefois. Si le but demeure de toucher les élèves, plusieurs joueurs admettent que le programme les a fait grandir. « Je suis arrivé à ma première visite avec l’intention de parler de mes défis, de discuter de certains sujets qui permettrait aux jeunes de comprendre certaines choses, mais finalement, c’est moi qui suis sorti de là avec plus d’expérience. », a confié Touré après l’activité à la Poly-Jeunesse.

L’auteur B. J. Gupta a dit un jour que l’effort ne garantit pas la réussite, mais qu’il en accroît les chances. C’est le message que les Alouettes veulent transmettre à nouveau cette année aux élèves du secondaire. Il n’est pas garanti que nos efforts mènent à la réussite, mais…

 

*************

Le programme Ensemble à l’école a pour objectif premier d’encourager la persévérance scolaire auprès des élèves d’écoles secondaires du Québec. En 2018, un total de 10 joueurs se déplaceront dans 60 écoles de la province dans l’intention de prouver aux jeunes que tous les efforts finissent par être récompensés. Le lancement officiel de la tournée 2018 aura lieu le jeudi 15 février dans le cadre des journées de la persévérance scolaire à l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry de Saint-Léonard. Patrick Boivin, plusieurs joueurs des Alouettes, les cheerleaders ainsi que la mascotte Touché y participeront.

Pour en apprendre davantage sur le programme et les activités communautaires des Alouettes, cliquez ici