29 mai 2018

RECRUES À SURVEILLER

On a vu, pendant la première semaine du camp d’entraînement, un groupe de vétérans qui n’a rien perdu de son énergie. Stef Logan court encore comme un sprinteur de 23 ans, BJ Cunningham attrape tous les ballons lancés dans sa direction, Drew Willy s’impose en enseignant et John Bowman continue de parfaire son art.

Il n’y a pas que les professionnels accomplis qui s’illustrent toutefois. Jetez un coup d’œil aux profils des recrues qui devraient livrer bataille, jeudi, au match préparatoire contre le ROUGE et NOIR à Ottawa, pour mériter leurs ailes.

 

66 – Trey Rutherford, LO

Après sa deuxième journée de camp, Trey a confié trouver ses premiers pas chez les pros très exigeants. Le premier choix au repêchage de l’équipe, qui nous arrive de UConn, dit cependant apprendre vite  de ses erreurs. Ses entraîneurs semblent être d’accord; Trey a souvent été aperçu sur la ligne partante dans la dernière semaine.

« Tout est nouveau pour lui. La transition chez les pros est toujours difficile. Il s’adapte bien par contre, c’est certain qu’il a beaucoup à apprendre, mais je ne l’ai pas encore vu porter de bouteilles d’eau. Il s’intègre à merveille », affirme l’entraîneur de la ligne offensive Paul Dunn.

Chose certaine : les attentes sont élevées à l’égard du garde de 289 livres compte tenu des renforts dont l’équipe a besoin au front.

 

88 – Jamal Robinson, receveur

Le receveur longiligne de 6 pieds 4 pouces a vu du pays dans les dernières années. Après avoir terminé ses études dans son patelin, à Louisiana-Lafayette, il a été mis sous contrat par les Jaguars de Jacksonville, puis a passé quelques mois au sein de l’équipe de pratique des Tiger-Cats en 2017 avant d’être invité à Montréal.

« Je compte profiter à fond de l’occasion qui m’a été donnée. Je suis prêt à contribuer à l’équipe et j’apprends beaucoup. Je peux bouger sur la ligne. Le waggle est définitivement un outil dont je pourrai me servir. Je peux aussi utiliser la largeur du terrain à mon avantage. », a confié Jamal, le sourire aux lèvres.

Bien entendu, le groupe de receveurs dirigé par Jason Tucker n’a rien à envier à personne. BJ Cunningham, Ernest Jackson et Chris Williams semblent être en véritable symbiose avec les quarts Drew Willy et Matt Shiltz, mais, depuis son arrivée, Robinson se démarque par ses réceptions en haute altitude. Son impulsion verticale a certainement le potentiel de causer des maux de tête aux demis défensifs.

 

31 – William Stanback, demi offensif

On va se dire les vraies affaires : il est peu probable que quiconque déloge Tyrell Sutton du poste de demi partant cette saison. Le numéro 20 et Montréalais d’adoption n’a démontré aucun signe de ralentissement la saison dernière. Mais, comme l’a dit l’entraîneur des demis à l’attaque André Bolduc, l’équipe serait naïve de ne pas prévoir un plan B pour un gars qui joue aussi agressivement.

Stanback, imposant porteur de ballon de 6 pieds, 233 livres, semble être un choix sûr. Parce qu’il a le même style que Sutty, l’attaque n’aura pas à s’ajuster à sa présence. Business as usual, comme on dit.

 

19 – Garrett Fugate, quart-arrière

Ne vous fiez pas aux apparences. Garrett n’a pas la corpulence de Cam Newton (disons qu’il est plus près d’un Tom Brady), mais il a tout un bras. Il en a impressionné plus d’un au mini-camp et a mentionné, sous le soleil chaud de la Floride, être très motivé à apprendre un tout nouveau livre de jeux.

« Il va bien. Il n’a pas l’air de ne pas être à sa place, chose qui arrive souvent aux recrues. Il doit s’habituer à un tout autre niveau, à de toutes nouvelles règles, mais il s’intègre bien, affirme le coordonnateur offensif Khari Jones. Il lance bien, bouge bien et a toutes les qualités que tu veux voir chez un quart. Il a réussi de belles passes à Stephen Adekolu et Alton Howard. J’ai hâte de le voir en match. »

Nos Alouettes ont plusieurs tests à effectuer au poste de quart, mais Garrett devrait avoir droit à son heure de gloire jeudi.

 

97 – Lawrence Okoye, plaqueur

On triche un peu ici parce que Lawrence a été ajouté à l’alignement en septembre dernier, mais il reste qu’il en est à ses débuts dans la LCF. Originaire de Croydon en Angleterre, le plaqueur de 6 pieds 6 pouces et 309 libres, s’est tourné vers le football plutôt tard, soit après être terminé 12e au lancer du disque aux Jeux olympiques d’été de 2012. Il détient d’ailleurs le record britannique de 68,24 m dans cette discipline. Rien de moins.

Enfin, l’athlète anglais est passé par les rangs des 49ers de San Francisco, des Giants de New York, des Cowboys de Dallas, des Bears de Chicago et des Dolphins de Miami avant d’atterrir au nord de la frontière. Difficile de se mesurer aux grands de la ligne défensive des Als comme John Bowman, Jamaal Westerman et Alan-Michael Cash, mais Lawrence est certainement un candidat à surveiller au poste de plaqueur.

 

49 – Jean-Gabriel Poulin, secondeur

Il y a beaucoup, beaucoup de nouveaux éléments en défensive. La lutte est chaude autant aux postes de secondeur qu’à ceux de demi défensif. Quand tu te bats pour une place contre des Henoc MuambaKyle Knox, Joe Burnett, Tommie Campbell et Dominique Ellis de ce monde, t’as tout intérêt à sortir du lot.

Selon Todd Howard, entraîneur des secondeurs, le Québécois et ancien des Mustangs de Western repêché en 3e ronde cette année, Jean-Gabriel Poulin pourrait très bien se tailler une place sur les unités spéciales plus tôt que tard. « Il nous arrive d’un bon programme universitaire, ça se voit. Il a de très bons instincts et d’excellentes techniques, confie-t-il. On est en train d’évaluer où et comment il pourrait nous aider, au centre ou du côté court, mais c’est sans le doute le gars qui pourra grandement contribuer aux unités spéciales. »

 

Vous aurez l’occasion de voir vos Alouettes en action ce jeudi sur les ondes de RDS ainsi que le samedi 9 juin au stade Percival-Molson ! Procurez-vous vos billets par ici… les billets pour enfant sont à seulement 5 $!

ACHETER