@
5 juillet 2018

De l’autre côté de la ligne de mêlée avec Chris Williams et Brad Sinopoli

La LCF est une petite ligue. Les joueurs passent d’une équipe à l’autre, laissant place à des rivalités fortes et à des amitiés qui le sont encore plus.

On dit souvent que le football c’est un peu comme la guerre – tu frappes, tu fuis, tu te bats, tu te blesses -, mais tandis que certains ne voient que les combats qui font rage sur le terrain, les joueurs, eux, vous diront que les liens tissés à l’extérieur des lignes de côté sont ce qui compte le plus.

De l’autre côté de la ligne de mêlée met de l’avant deux joueurs dont les chemins se sont croisés dans les dernières années. Cette semaine, les receveurs Chris Williams et Brad Sinopoli vous dévoilent quelques secrets sur leurs deux saisons passées ensemble à Ottawa.

Première impression ?

Chris sur Brad: Je savais que c’était un solide joueur de foot, mais je ne savais pas à quel point il était bon. J’étais impressionné qu’il soit passé de quart-arrière à Calgary à receveur.

Brad sur Chris: Je le trouvais petit à la télé… mais il est encore plus petit en vrai ! C’est fou ! Mais il est aussi plus rapide en vrai. Il n’a pas la tête de l’emploi, son casque ne tient pas, ses épaulettes sont trop grandes… mais il ne faut jamais se fier aux apparences. Quand il est sur le terrain, il plante tout le monde.

 
Ce qui le fait pogner les nerfs ?
 
Chris sur Brad: S’il ne boit pas son café, c’est un homme agité. Il a besoin de son Tim Hortons (un vrai de vrai Canadien) extralarge tous les matins, après-midi… et sais-tu quoi ? Probablement le soir aussi.

 
Brad sur Chris: Je n’ai jamais vu Chris s’enflammer (ça ne nous surprend pas!). Il ne se fâche pas, même sur le terrain. Il ne s’excite pas non plus, c’est un gars très stable. Jamais trop haut, jamais trop bas.

 
Ce qu’il dit tout le temps ?

Chris sur Brad: Écoutez ça si vous voulez rire 👉 écouter le clip audio

Brad sur Chris: Il s’est mis à dire bud, mais je pense qu’il se moquait de moi. Hey buuuuud! (Oui, il se moquait de toi, Brad.)

 
Ce qu’il fait de typiquement canadien?

Chris sur Brad: Porter sa casquette Patagonia. Tous. Les. Jours. Et vivre dans les bois.

Comment savoir qu’il est du sud des États-Unis?

Brad sur Chris: Il porte toujours des manches longues. Je suis certain qu’il en portait dans cette chaleur cette semaine (confirmé). C’est complètement impensable pour un Canadien.

Sa plus grande qualité ?

Chris sur Brad: Il est drôle et honnête. Il a la combinaison parfaite pour me faire rire.

 
Brad sur Chris: Il est toujours tellement relaxe. C’est un gars rapide… Je sais que beaucoup de joueurs essaient de le déstabiliser sur le terrain, mais Chris reste calme. Il laisse ses actions parler d’elles-mêmes. Ça fait de lui un gars très facile d’approche.

Son pire défaut ?

Chris sur Brad: À part être lent comme un escargot ?

 
Brad sur Chris: Je peux dire sa taille ? Sérieusement, il pose BEAUCOUP de questions. Il a TOUJOURS quelque chose à dire. Il pense trop. C’est fatigant, mais c’est surtout vraiment très utile parce qu’il pousse les entraîneurs à réfléchir à toutes les possibilités.

 
Qui est meilleur aux jeux vidéos ?

Chris sur Brad: Je planterais Brad, c’est clair. Il ne joue pas aux jeux vidéos, il est trop occupé à faire de la randonnée ou à pêcher.

Brad sur Chris: Chris me détruirait. Il passe son temps à jouer sur son iPad.

 
LA chose qu’il fait avant tous les matchs ?

Chris sur Brad: Boire du café. Évidemment ! (PVI : Ernest Jackson est comme ça aussi, mais apparemment Brad est pire.)

 
Brad sur Chris: Jouer à des jeux sur son iPad. Il se prépare plus tard que tout le monde. Il n’est jamais pressé (ça c’est son style Nouveau-Mexique).

Le titre du livre sur sa vie ?

Chris sur Brad: Brad Sinopoli – Le chouchou d’Ottawa. Il a été un Geeg-Gee et il a remporté le trophée Hec Crighton. Il est big shot à Ottawa.

Brad on Chris: C.W. Le mec le plus rapide du monde.

 
Son plus grand fail de pratique

Chris sur Brad: On pratiquait un jeu, c’était un 2e et 20 et tout le monde devait faire une course longue sauf Brad qui devait faire un tracé de deux verges, puis recevoir le ballon. Il devait le dégager lui-même pour qu’on puisse le retourner. Il n’a jamais réussi. (Ouin, on ne le blâme pas non plus.)

 
Brad sur Chris: On échappe tous des ballons, mais quand Chris l’échappe, il retourne au caucus comme s’il l’avait attrapé. Tous les gars que je connais reviennent au caucus en sacrant ou fâché. Pas Chris. Il est trop cool pour ça.

Vos deux ans ensemble à Ottawa ont été… ?

Chris sur Brad: On avait vraiment un beau groupe. On était tissé serré et on se parlait beaucoup. Brad n’est pas un si grand parleur, mais je peux l’être des fois. Ça m’arrive de poser des questions et tout le monde se dit  »OK Chris… 🙄 » (Aha ! Alors il admet qu’il réfléchit trop !)

 
Notre sujet de conversation préféré c’était ce qu’on allait manger et chaque fois on se demandait si Brad allait venir avec nous, finalement.  »Brad, tu viens cette fois ? »

Brad sur Chris :  J’ai sincèrement adoré chaque minute que j’ai passé avec lui. C’est vraiment un très bon gars et il m’a beaucoup appris.

Pourquoi est-il un excellent receveur ?

Chris sur Brad: Il a des mains incroyables et un sixième sens. Il sait toujours où se placer pour se démarquer. Il peut y avoir trois gars accrochés à lui, il va quand même attraper le ballon.

 
Brad sur Chris : Les gens pensent qu’il est bon juste parce qu’il est rapide, mais ses tracés sont aussi impeccables. Souvent, les joueurs plus rapides misent uniquement sur leur vitesse, ils portent moins d’attention aux détails, aux techniques. Chris n’est pas seulement rapide; il fait tout ce que les gars plus lents, comme moi (au moins tu le sais, Brad!) DOIVENT faire pour se démarquer. Tout a l’air si facile quand c’est Chris qui le fait.

 
Info supplémentaire sur Brad : Il est cofondateur (l’autre c’est Greg Ellingson, évidemment) du Budball, un sport qui marie soccer et tennis et don’t la popularité augmente à un rythme impressionnant dans les vestiaires de la LCF. Vous lui en parlerez.

 

Venez les voir tous les deux en action ce vendredi 6 juillet au stade Percival-Molson !

Acheter mes billets