@
24 juillet 2018

L’heure de la Rédemption

La Terre a arrêté de tourner dimanche soir pour les Alouettes. Ou, plutôt, elle s’est mise à tourner à une vitesse folle au rythme des tweets annonçant l’arrivée de Johnny Manziel à Montréal. Le visage de l’équipe va changer, c’est certain, mais comme l’a dit Kavis Reed en conférence de presse lundi soir : « On n’est pas allé chercher Johnny pour qu’il devienne le sauveur de cette équipe. On l’a embauché pour qu’il se joigne à une équipe qui va gagner des matchs de football. »

Johnny lui-même l’a dit. « Le football, c’est un sport d’équipe. Bien sûr, je veux contribuer à la victoire, mais j’ai besoin de mes coéquipiers. »

On ne sait toujours pas si on verra le récipiendaire du trophée Heisman à l’œuvre jeudi, mais on sait qu’il sera fort probablement en uniforme et qu’il prendra assurément des notes pour être prêt le Jour J. S’il a été amené chez nous ce n’est pas pour rester sur le banc. Coach Sherman l’a confirmé.

Ce n’est évidemment pas un hasard que Johnny Football ait atterri à Montréal. Mike Sherman et lui entretiennent une relation bien spéciale depuis que l’entraîneur-chef l’a convaincu de se joindre à sa troupe de Texas A&M en 2012. « J’allais à Eugene, en Oregon. C’est Coach Sherman qui m’a fait changer d’idée, a confié Johnny aux médias. Il a été comme un père pour moi. C’était la première fois que je quittais le nid familial. Je sais que c’est de ce type de personne dont j’ai besoin dans ma vie encore aujourd’hui. »

« Il m’énervait sur les lignes de côté parce qu’il voulait toujours savoir quel jeu on s’apprêtait à faire. Même quand il ne jouait pas, a renchéri Sherman le sourire aux lèvres. Je n’ai pas eu la chance de l’amener au niveau où j’aurais voulu l’amener à A&M. Là, j’en aurai l’occasion. »

Les erreurs (personnelles) commises par Johnny continueront de refaire surface. Surtout maintenant qu’il est dans ce que tout le monde semble décrire comme étant la ville de tous les vices (vraiment?). Il en est conscient. Il veut juste jouer au football.

Il savait hier qu’il se ferait interroger à ce sujet. Il savait qu’il entrerait dans son nouveau vestiaire et que c’est ce que ses coéquipiers auraient en tête. Mais il sait surtout que ses fautes lui ont coûté très très cher et que ce poste de potentiel quart partant aux Alouettes est sa rédemption. « Mes erreurs me suivront partout où je vais, peu importe où je vais, mais je sais que je ne les referai jamais, a-t-il promis lundi soir. Cette organisation a fait des pieds et des mains pour m’avoir. Tout ce que je veux c’est mettre ça de côté et jouer au football. Je serai un vrai professionnel. »

C’est prometteur. Son calme, son humilité (surprenant, mais vrai!), son sérieux promettent. Qu’un entraîneur de la trempe de Mike Sherman croit en lui promet. « Il est doté d’une qualité que très peu de gens ont. Brett Favre était comme ça aussi. Johnny rend tout le monde autour de lui meilleur. Il rehausse le niveau de jeu de ses coéquipiers. Je ne sais pas comment il y arrive, mais il y arrive. »

Aura-t-il un impact immédiat sur l’équipe ? C’est ce qu’on verra ce jeudi 26 juillet au stade de McGill ou le vendredi 3 août alors que nos Alouettes affronteront, justement, les Tiger-Cats de Hamilton à domicile également. Comme il l’a dit lui-même, on devra aussi – et peut-être même surtout – pouvoir compter sur ses coéquipiers, particulièrement cette semaine contre les Eskimos d’Edmonton.

  • Le corps de receveurs devra composer avec le départ de Chris Williams et trouver moyen d’étirer le terrain en l’absence du sprinteur étoile TJ Graham qui figure toujours sur la liste des blessés. On a vu le jeune Chris Harper s’illustrer déjà… nouvelle arme secrète ? Chose certaine : BJ Cunningham reste un élément fiable et on espère qu’il développera rapidement une chimie avec le nouveau pivot. Ce sera aussi intéressant de voir comment le groupe s’ajustera éventuellement à l’arrivée d’Adarius Bowman.

  • Parlant de chimie entre receveurs et quart, Matt Shiltz, qui pourrait voir du temps de jeu derrière le centre jeudi semble avoir gagné la confiance de ses coéquipiers. Le numéro 18 a lancé sa première passe de touché de la saison contre les puissants Stampeders la semaine dernière et exhibe beaucoup plus d’assurance que l’an dernier. C’est toutefois Vernon Adams Jr. qui a été le plus utilisé en pratique mardi et qui pourrait s’avérer le choix le plus sûr contre les Eskimos d’Edmonton. Rappelons que le jeune quart-arrière de 25 ans en est à son deuxième séjour aux Alouettes. Entre 2016 et 2017, il a été partant dans l’uniforme montréalais lors de trois matchs… Trois victoires. 

  • La réussite de l’attaque de Khari Jones dépendra toutefois de l’effort livré par la ligne offensive. À l’heure actuelle, la protection du quart est la priorité absolue. On peut supposer qu’on verra Tony Washington (acquis dans le cadre de l’échange avec les Ticats) et Na’Ty Rodgers comme bloqueurs, Kristian Matte au centre avec Ryan Bomben à sa droite. Le dernier élément demeurera sans doute un mystère jusqu’à jeudi 19 h 30.

  • D’un point de vue défensif, le plus gros changement sera la ligne défensive. Le départ de Jamaal Westerman nous a tous brisé le cœur, mais Rich Stubler, coordonnateur de l’unité défensive, reste toujours aussi confiant quant aux capacités de son front. « La ligne défensive demeure une des forces de cette équipe. J’ai perdu un grand joueur, c’est certain, mais Kavis a fait tout un travail pour rendre cette équipe meilleure. » Les fans du Montréalais Jesse Joseph seront ravis de le voir démarrer le match au poste d’ailier. Qui viendra renforcer la ligne à l’intérieur en remplacement de Jabar Westerman ? On le saura dans les prochains jours…

Il y a du changement dans l’air ! Venez le vivre avec nous ce jeudi 26 juillet dès l’ouverture des portes à 18 h au stade de McGill. On vous réserve même le plus gros spectacle de la mi-temps de l’année : le rappeur LOUD !

ACHETER MES BILLETS