Menu
@
26 avril 2019

Histoires de repêchage

La soirée du repêchage et la longue route qui y mène peuvent être particulièrement stressantes pour les joueurs. Le travail assidu, l’attente, la nervosité qui augmente à chaque ronde, l’appel, le soulagement… Qu’ils aient été sélectionnés par des équipes d’ici ou de la NFL, les gars ne se lasseront jamais de raconter, en détail, leurs histoires de repêchage. En voici quelques-unes :

 


« Les premiers mots qui sont sortis de ma bouche étaient “Es-tu sûr?” Ma soeur et quelques-uns de mes bons amis étaient chez moi pour regarder le repêchage et la télé éprouvait quelques problèmes techniques. Un de mes amis était donc responsable de rafraîchir religieusement le radar du repêchage en ligne. Mon nom est apparu sur la page avant d’être affiché à la télé. Je n’avais pas encore reçu d’appel alors, quand mon ami m’a annoncé que j’avais été repêché, j’étais un peu sceptique. Il y a eu un certain malaise dans la salle pendant un court instant, puis j’ai reçu un appel du 514. » – Ryder Stone, choix de 5e ronde des Alouettes de Montréal en 2018

 

« Je vais m’en souvenir toute ma vie. Mes amis et quelques membres de ma famille étaient chez moi. Je savais que je ne serais pas choisi en première ronde, alors j’étais relaxe au début. Le jour 2, je voyais mes coéquipiers et adversaires être sélectionnés. Je devenais fou ! Au 3e jour, je me suis fâché. J’ai arrêté de regarder et j’ai joué à des jeux vidéos. Quelques minutes plus tard, je recevais un appel de Miami… j’ai écarquillé les yeux! Tandis que je recevais l’appel, ma sœur se faisait coiffer par ma mère dans la cuisine parce que c’était le soir de son bal de finissants. J’étais au téléphone et elles m’ont crié d’allumer la télé. J’étais là, à l’écran ! On montrait mes faits saillants ! J’étais tellement fébrile ! J’ai parlé à l’équipe pendant une trentaine de minutes. Je me suis entretenu avec le DG, les entraîneurs, les dépisteurs et, pendant ce temps, le cavalier de ma sœur est arrivé. Je suis dans toutes ses photos de bal, téléphone à la main en train de parler à mon agent et aux Dolphins. » – BJ Cunningham, choix de 6e ronde des Dolphins de Miami au repêchage de 2012 de la NFL

 

« Quand tu es le premier à être repêché, tu le sais d’avance. Ce n’était vraiment pas facile de garder le secret ! On attendait tous le Jour J avec impatience. Ma famille et moi sommes allés à Winnipeg pour l’occasion. C’était la première fois que j’y allais, je ne connaissais vraiment rien de la ville ! Tout ce qui comptait c’était que mon rêve devenait réalité et, le meilleur dans tout ça, c’est qu’il continue de se réaliser. » – Henoc Muamba, premier choix du repêchage de 2011 de la LCF, sélectionné par les Blue Bombers de Winnipeg.

 

« Je n’ai pas cru mon agent jusqu’à ce que je voie mon nom à l’écran à côté du logo des Alouettes. Il y a tellement d’incertitude dans tout le processus d’évaluation et de repêchage que j’ai essayé de rester le plus calme possible du début à la fin, mais quand je me suis rendu compte que c’était vrai, je me suis assuré de vivre le moment au maximum avec mes proches, ma famille, ma blonde et mes meilleurs amis. Si je suis là aujourd’hui c’est en partie grâce à leur soutien et à leurs innombrables sacrifices. Je veux continuer de les rendre fiers ! Un an plus tard, je suis toujours aussi heureux de porter l’uniforme de l’équipe que j’admirais quand j’étais petit. Je me suis fait la promesse de donner le meilleur de moi-même à cette organisation et je vais continuer de le faire à ma deuxième saison. » – Jean-Gabriel Poulin, choix de 3e ronde des Alouettes de Montréal en 2018