@
15 mai 2019

3 choses à savoir sur chacun des choix au repêchage

Ils sont jeunes, ils sont Canadiens et ils auront tous l’occasion de compétitionner pour une place au sein de notre alignement.

Les neuf joueurs canadiens sélectionnés lors du repêchage 2019 feront leurs débuts dans la LCF aujourd’hui au camp des recrues et, avant de les voir à l’œuvre lors des matchs préparatoires, on en a appris un peu plus sur chacun d’entre eux.

Kaion Julien-Grant, receveur éloigné, 2e tour, 13e choix au total

1. Kaion était un joueur étoile de basketball au secondaire. C’est après s’être cassé le pied qu’il a décidé de miser sur le football. Le receveur, qui a évolué à ce poste tout au long de sa carrière, est reconnu pour sa capacité à étirer le terrain, mais il affirme être prêt à jouer à l’intérieur si c’est ce qui est souhaité.
2. Il a suivi les traces de son père, Karim Grant, en choisissant de faire ses études universitaires à St. Francis-Xavier en Nouvelle-Écosse. Son paternel a également joué pour les Alouettes en 2004 au poste de secondeur.
3. Reconnu pour ses qualités athlétiques diverses, Kaion a toujours été un naturel. Il avoue avoir toujours pu compter sur son physique et souhaite plus que tout apprendre toutes les subtilités de l’art d’être receveur.

Nate Anderson, 2e tour, 16e choix au total

1. Nate a disputé sa carrière universitaire à l’Université du Missouri, arborant les couleurs de l’équipe de division 1 dans la SEC, meilleure conférence de la NCAA. C’est-à-dire qu’il a affronté les joueurs de ligne offensive d’universités comme LSU, Alabama et Auburn.
2. Au cours de ses deux saisons dans le Sud des É.-U., il a récolté 33 plaqués, deux sacs et 3,5 plaqués pour des pertes.
3. Sa capacité à jouer autant à l’intérieur qu’à l’extérieur pour contrer le jeu de passes est ce qui fait de lui un candidat idéal pour la ligne défensive des Alouettes. Il pourrait venir appuyer deux autres jeunes joueurs repêchés en 2017 et en 2018 respectivement, Fabion Foote et Bo Banner, dans un rôle que jouait Jesse Joseph auparavant.

Samuel Thomassin, 2e tour, choix territorial

1. Lorsqu’il a été sélectionné, Samuel suivait patiemment le repêchage depuis une chambre d’hôtel de New York avec Drew Desjarlais. Il était dans la ville américaine pour un camp d’essai des recrues des Giants auquel il affirme avoir acquis une précieuse expérience.

2. Il a reçu un appel du seul et unique Luc Brodeur-Jourdain après l’annonce qui en a profité pour le féliciter et lui prodiguer quelques conseils. Un nouveau duo mentor-élève vient-il de naître?

3. L’ancien du Rouge et Or est originaire de Québec, où demeure toujours sa mère. Plus vieux, il a déménagé à Gatineau pour rejoindre son père où il a enfilé l’uniforme de l’équipe de Division 3 des Griffons du Cégep de l’Outaouais. En déménageant à Montréal, il rejoindra son frère qui joue pour l’Université McGill.

Zach Wilkinson, 3e tour, 21e choix au total

1. Selon Kavis Reed, Zach faisait partie des cinq joueurs les plus talentueux évalués au camp d’essai. Le DG affirme que de mettre la main sur le joueur de LO de Northern Colorado a possiblement été son meilleur coup du repêchage.

2. Au secondaire, il jouait pour l’école la mieux classée au Canada, Mt. Douglas dans l’arrondissement de Greater Victoria.

3. Il a été partant pour les Bears de Northern Colorado dès sa première année universitaire, mais… sur au poste d’ailier défensif ! L’année suivante, il a été utilisé à son poste naturel sur la LO.

Chris Osei-Kusi, 4e tour, 30e choix au total

1. Chris revient tout juste du camp d’essai de recrues des Browns de Cleveland. Même s’il n’a pas obtenu de contrat, Chris est persuadé que l’expérience lui aura appris de nouvelles techniques qui lui serviront à son arrivée au camp d’entraînement de Montréal.

2. Le receveur est reconnu pour son optimisme et sa capacité à tirer le positif de toutes les situations. D’ailleurs, la fiche des dernières années de l’équipe est pour lui un élément de motivation.

3. Au camp d’essai de Toronto, Chris a obtenu le chrono le plus rapide au sprint de 40 verges en plus d’effectuer le plus grand nombre de répétitions au développé couché parmi tout le groupe de receveurs.

Michael Sanelli, 5e tour, 39e choix au total

1. Montréal est sa deuxième maison. Il ne s’attendait pas à recevoir un appel de Montréal, mais il est particulièrement heureux de pouvoir rester en ville plus longtemps près de ses amis des Stingers de Concordia. Son resto préféré : le Weinstein et Gambino’s
2. Sa famille, basée à Toronto est composée de plusieurs sportifs. Michael lui-même a pratiqué le hockey, le soccer, le basketball et la boxe thaï.
3. Il affirme être passé maître dans l’art de la préparation de pizza. À la saucisse italienne précisément.

Jeshrun Antwi, 6e tour, 48e choix au total

1. Originaire du Ghana, Jeshrun est arrivé au Canada en 2010. Sa famille s’est d’abord installée à Toronto, puis a migré vers Montréal où elle est restée un an. À l’époque, Jeshrun étudiait à l’école secondaire Dorval Jean 23 où les Alouettes ont tenu le lancement du programme Ensemble à l’école cette année. Il a TRÈS hâte de revoir la ville.

2. Avant d’immigrer, Jeshrun jouait au soccer et courait le 100m; il a découvert le football grâce à ses enseignants, ici, au Canada. Il a joué aux postes de demi défensif, centre-arrière, receveur, quart (il affirme ne pas savoir lancer du tout, il faisait les jeux au sol uniquement) et demi offensif.

3. Son poste de choix était receveur, mais ses entraîneurs lui ont conseillé de poursuivre comme demi offensif s’il souhaitait tenter sa chance chez les pros.

Benjamin Whiting, 7e tour, 57e choix au total

1. Le secondeur connaît bien plusieurs membres de l’entourage des Alouettes, particulièrement les anciens Scott Flory et Paul Waldu qui font tous les deux partie du personnel entraîneur de l’Université de la Saskatchewan où il a disputé sa carrière universitaire.

2. Au camp d’essai, on lui a demandé s’il s’était déjà battu. Sa réponse : sur le terrain, oui, mais pas souvent, à l’extérieur du terrain, toujours, mais simplement parce qu’il a grandi avec deux frères.

3. Ben a la réputation d’être un joueur intelligent qui a une bonne compréhension du jeu et des systèmes des attaques adverses. Il se qualifie de Hard-working Prairie boy.

Cody Cranston, 8e tour, 66e choix au total

1. Cody rejoindra son frère Ty Cranston qui fait partie du groupe des demis défensifs montréalais. Ce sera la deuxième fois que les deux frères ont la chance de jouer ensemble. Cody a suivi son frère à l’Université d’Ottawa précisément pour pouvoir partager le terrain avec lui.

2. Il est né à Winnipeg, a habité en Saskatchewan, en Alberta et en Ontario. Bref, il a vu du pays et il a hâte de découvrir sa nouvelle ville d’adoption. D’ailleurs, son père est montréalais d’origine. Quelques membres de sa famille y sont toujours.

3. Outre le foot, Cody aime cuisiner. Son plat de prédilection : le classique chicken and waffles.