Menu
@
29 mai 2019

Stanback et Lewis pourraient causer la surprise chez les Alouettes

MONTRÉAL – Silencieuse pendant la majeure partie du calendrier régulier, l’attaque des Alouettes a mieux fait lors des trois derniers matchs de la saison, marquant 92 points au total contre les Argonauts de Toronto (une victoire et une défaite) et les Tiger-Cats de Hamilton (une victoire), les éventuels finalistes pour le titre de la division Est. Néanmoins, Montréal a pris le dernier rang de la Ligue l’an dernier pour les points marqués en moyenne par match (19,8) et pour les verges gagnées en moyenne par match (282,2). La troupe de l’entraîneur-chef Mike Sherman a utilisé sept quarts différents en 2018, un nombre qui devra diminuer drastiquement avant que les utilisateurs du Jeu Fantasy puissent faire confiance à un joueur des Als.

QUARTS

Antonio Pipkin possède le meilleur potentiel chez les quarts des Alouettes, et il est celui qui a le plus de chance d’animer l’attaque. Pipkin a amorcé les deux dernières parties de la saison régulière et a produit quatre touchés (deux par la passe et deux par la course), dont trois lors du dernier match contre Hamilton. Son ratio de trois passes de touché contre huit interceptions devra être meilleur, tout comme son pourcentage de passes complétées (59,5 %). Même si Pipkin obtient le poste de partant pour amorcer la campagne, plusieurs utilisateurs du Jeu Fantasy demeureront sceptiques et éviteront de le choisir, malgré son salaire alléchant.

Si Pipkin n’obtient pas le poste de partant, Vernon Adams Jr. pourrait faire partie de l’équation. Jadis perçu comme un joueur prometteur, Adams a éprouvé des ennuis comme passeur, mais il a maintenu une moyenne de 7,6 verges par course et a marqué deux majeurs au sol en cinq matchs avec les Als l’an dernier. Comme Pipkin, les habiletés d’Adams au sol vont compenser son potentiel par la passe. Matt Shiltz a été ennuyé par les blessures en 2018, et même si les Alouettes ont toujours foi en lui, la prochaine saison pourrait être déterminante pour le quart-arrière qui a un ratio de deux passes de touché contre sept interceptions en 91 passes tentées en carrière.

Si Sherman préfère se tourner vers un passeur expérimenté, Jeff Mathews fait toujours partie de la formation montréalaise. Il ne possède pas les mêmes qualités que Pipkin ou qu’Admas par la course, ce qui n’augmentera pas sa déjà petite valeur dans le Jeu Fantasy. La recrue Hugo Richard évoluera probablement au sein de l’équipe d’entraînement, mais ne soyez pas surpris de voir le produit de l’Université Laval sauter sur le terrain si la stabilité au poste de quart-arrière fait à nouveau défaut chez les Alouettes en 2019.

DEMIS OFFENSIFS

Une nouvelle ère s’est amorcée chez les Alouettes lorsque le club a échangé Tyrell Sutton aux Lions de la Colombie-Britannique à l’heure limite des transactions. C’est à ce moment qu’entre en jeu William Stanback.

Démontrant une combinaison de puissance et de vitesse, le demi offensif de six pieds et de 233 livres a amassé au moins 50 verges lors de six de ses huit matchs l’an dernier, dont un match de 118 verges – son meilleur de la saison – contre les Argos lors de la semaine 19. Ce qui rend Stanback encore plus attirant, ce sont ses habiletés pour capter des passes; l’ancien de l’Université Virginia Union a maintenu une spectaculaire moyenne de 13,1 verges en 25 réceptions, et il a mis fin à sa première campagne dans la LCF avec une récolte de 103 verges sur des réceptions lors de la semaine 21 contre les Ticats.

Montréal a terminé au cinquième rang pour les verges au sol par match, mais cette statistique pourrait s’améliorer avec une saison complète de Stanback en tant que partant et avec une ligne offensive améliorée. Le seul ennui avec Stanback est qu’il ne touche pas souvent au ballon; il n’a jamais couru plus que 12 fois lors d’un match. Il possède plusieurs atouts pour se démarquer dans le Jeu Fantasy, mais il amorcera la saison en milieu de peloton, en tant que demi offensif n’ayant marqué aucun majeur en 81 courses.

Le vétéran Jeremiah Johnson est atterri à Montréal après un séjour de trois ans en Colombie-Britannique. Johnson a manqué cinq matchs l’an dernier, mais il a tout de même amassé en moyenne 5,3 verges par course et a marqué cinq touchés au sol. Sa valeur sera limitée dans le Jeu Fantasy, alors qu’il devrait avant tout servir de substitut et de mentor à Stanback. Stefan Logan aura peu d’impact sur l’attaque, mais l’athlète de 37 ans demeure un excellent spécialiste des retours de botté; il a d’ailleurs retourné un dégagement pour un touché l’an dernier, son premier depuis 2016. Ryder Stone a cumulé 116 verges et un majeur au sol en 25 courses lors de ses 13 matchs à sa raison comme recrue. Le nouveau venu Josh Cleveland a démontré du potentiel et pourrait obtenir quelques courses à un certain point de la campagne.

RECEVEURS

Tentant de provoquer une étincelle au sein du pire jeu aérien de la Ligue, les Alouettes ont mis sous contrat l’ancien joueur par excellence de la Coupe Grey, DeVier Posey, qui ajoutera sans l’ombre d’un doute de la vitesse à une attaque n’ayant produit que 25 jeux de plus de 30 verges la saison dernière. Posey devrait se situer en milieu de peloton chez les receveurs du Jeu Fantasy, mais sa capacité à faire reculer les défenseurs pourrait donner un bon coup de pouce au jeu au sol des Alouettes ainsi qu’à ses coéquipiers chez les receveurs.

En santé, B.J. Cunningham sera la meilleure option des Alouettes dans le Jeu Fantasy. Cunningham a raté quatre matchs l’an dernier, mais sa production a chuté en raison des nombreux changements à la position de quart-arrière; il a notamment maintenu une moyenne de 12,1 verges par attrapé, comparativement à sa moyenne de 16,3 verges par réception – sa meilleure en carrière – en 2017. Il est capable de répliquer ses statistiques de 2017 (69 attrapés pour 1128 verges et quatre touchés), et il devrait se situer tout juste à l’extérieur du premier tiers chez les receveurs du Jeu Fantasy.

DeVier Posey ajoute beaucoup de vitesse à l’attaque des Alouettes (Dominick Gravel/Alouettes de Montréal)

Gardez un œil sur le receveur de troisième année Eugene Lewis, qui a mené l’équipe avec 827 verges sur des réceptions la saison dernière. Lewis et Pipkin ont développé une certaine chimie l’an dernier, et ils l’ont démontré lors du dernier match de la saison lorsque Lewis a marqué un touché de 75 verges à la suite d’une passe de Pipkin. Seul Reginald Begelton des Stampeders de Calgary a maintenu une meilleure moyenne de verges par attrapé que Lewis en 2018 (18,8). Une saison de 1000 verges n’est pas impossible pour Lewis, dont la valeur dans le Jeu Fantasy pourrait augmenter rapidement.

Le retranchement d’Ernest Jackson ouvre la porte à des joueurs comme Stephen Adekolu, Zac Parker, Richmond Nketiah, Félix Faubert-Lussier, Malcolm Carter et Chris Brown pour un poste de partant. Alexander Morrison, qui a raté toute la saison 2018, pourrait aussi jouer un rôle, et T.J. Graham, qui a disputé 11 matchs avec l’équipe au cours des deux dernières saisons, pourraient aussi lutter pour un poste de partant, mais leur valeur dans le Jeu Fantasy est limitée.

DÉFENSE

Le nouveau coordonnateur défensif Bob Slowik aura pour mandat d’améliorer une unité qui a accordé 28,4 points en moyenne par match en 2018. Les Alouettes ont terminé l’année au dernier rang pour les verges allouées (7312) et pour les verges par la passe accordées par match (305), et ils ont concédé 50 touchés. Montréal a pris le septième rang pour les revirements provoqués (33), mais l’organisation a sorti le chéquier afin d’ajouter des joueurs d’impact à d’améliorer ces statistiques peu reluisantes.

La mise sous contrat du maraudeur étoile Taylor Loffler améliorera la défense. Montréal a terminé au sixième rang pour les sacs avec 36, mais l’embauche des secondeurs Bo Lokombo et Patrick Levels devrait permettre d’améliorer ce nombre. John Bowman a repoussé la retraite d’une autre année, et il fera équipe avec Gabriel Knapton pour donner aux Alouettes deux bons ailiers défensifs.