Menu
@
29 janvier 2020

LBJ : la recrue des entraîneurs des Alouettes

MONTRÉAL – Mercredi, les Alouettes de Montréal conviaient les médias à un cocktail dinatoire en compagnie de leur groupe d’entraîneurs.

Le tout avait lieu dans le vestiaire des joueurs au Stade olympique, dans une ambiance très décontractée et conviviale.

L’entraîneur-chef des Als Khari Jones nous a présenté tout ce beau monde à sa façon, sans cérémonie, avec plaisir et ludisme, mais non sans engagement et conviction.

Alors, assiette de boustifailles en main, je me suis baladé à travers la faune, accrochant au passage l’entraîneur adjoint de la ligne offensive des Oiseaux, le vénérable et toujours très généreux Luc Brodeur-Jourdain.

L’ancien centre de 11 saisons avec les Alouettes en sera à sa première saison complète en tant qu’entraîneur en 2020, lui qui avait pris sa retraite en pleine campagne 2019, le 4 juillet dernier.

Nous nous rappelons tous des émotions dans le stade Percival-Molson, cette soirée-là. Nous nous rappelons tous des émotions de Brodeur-Jourdain, lui qui n’a jamais eu peur de les montrer.


 
Mais après avoir conquis le cœur des partisans montréalais, celui que l’on appelle communément « LBJ » se lance maintenant dans un nouveau défi. Et il a toute une saison morte pour se faire la main, bien qu’il ait pu y goûter l’an dernier, aidant la ligne offensive des Als à limiter ses adversaires à 39 sacs du quart, en plus de créer de l’espace pour l’attaque au sol, qui a récolté 2236 verges de gains, au deuxième rang de la Ligue canadienne de football (LCF).

« J’aurai une courbe d’apprentissage, j’apprends un nouveau métier », dit Brodeur-Jourdain. « Ce n’est pas nécessairement un nouveau sport, mais j’apprends à redécouvrir mon sport dans tout ce qui a trait à la planification d’une saison “volet entraîneur”. C’est ce qu’on fait, cette semaine. »

« On est en réunion depuis dimanche. On regarde du point de vue stratégique… Qu’est-ce qui fonctionnait bien, qu’est-ce qui allait moins bien? L’évaluation de notre personnel. Vers quoi se dirige-t-on? Comment veut-on aborder les choses? Comment veut-on aborder le camp d’entraînement de notre prochaine saison? »

« C’est un apprentissage pour moi et de pouvoir évoluer avec Marcel Bellefeuille (entraîneur de la ligne offensive), c’est exceptionnel. Ça me permet de voir à l’œuvre un entraîneur professionnel avec de nombreuses années d’expérience. Je trouve ça vraiment intéressant. »

Brodeur-Jourdain a longtemps été, en tant que joueur, le bon vétéran, celui sur qui les plus jeunes – et même les plus vieux – pouvaient s’appuyer. Depuis qu’il a accroché ses crampons, nous pourrions le considérer comme la recrue du groupe chevronné d’entraîneur dans lequel il fait maintenant partie.

« Recrue, oui, mais je crois que les entraîneurs avec qui je suis ont confiance en mes connaissances et respectent mon opinion », dit Brodeur-Jourdain, lui qui a remporté deux coupes Grey, en 2009 et en 2010, avec les Als. « Je me sens écouté lorsque je parle et, de mon côté, je m’assure d’avoir une écoute très active. »

« J’ai exécuté ce qui m’a été apporté comme plan de match tout au long de ma carrière, mais la réalité c’est que je n’ai jamais vraiment préparé de plan de jeux, de semaines de préparation et comment on aborde toutes ces choses. Il faudra que je m’intéresse aux coordonnateurs défensifs à travers la Ligue. Je les connais, mais je ne connais pas encore tout leur “back-ground”, avec qui ils ont évolué, de qui ils ont appris leur style défensif. »

« C’est vraiment sur ce volet que je suis en mode apprentissage. En termes de “X” et de “O” sur la ligne à l’attaque, je suis tout de même bien ferré », ajoute-t-il, sourire en coin.

Son rôle d’adjoint, Brodeur-Jourdain le voit comme un relayeur d’informations vers Marcel Desjardins, l’entraîneur de la ligne à l’attaque des Als.

« Je veux pouvoir fournir toute l’information qui sera disponible », dit-il. « Et la beauté avec Marcel, c’est que je sais que c’est un perfectionniste qui est très structuré. »

« Je veux donc lui fournir toute l’information dont il aura besoin, pour travailler ensemble afin d’obtenir les meilleurs résultats sur le terrain. »

En regardant de plus près, nous pouvons constater qu’il y a un bon mélange de nouveauté et d’expérience dans ce groupe d’entraîneur, sans oublier la continuité, alors que plusieurs entraîneurs feront un retour avec les Als en 2020.

Pour Brodeur-Jourdain, c’est une formule gagnante et bien adaptée au type d’équipe que forment les Alouettes de Montréal.

« Je pense qu’on a exactement le groupe d’entraîneurs qui est requis pour une jeune équipe », dit-il. « On a un groupe qui, globalement, est jeune, mais expérimenté aussi, en tant qu’anciens joueurs et en tant qu’entraîneurs. »

« C’est un très beau mélange. Et on dit toujours que le match se gagne sur la ligne de mêlée, dans les tranchées, et c’est là qu’on a les entraîneurs les plus expérimentés. »

C’est parfait, puisqu’après la saison 2019 que les Alouettes nous ont fait vivre, les attentes seront élevées, lors de la saison 2020.

« C’est un apprentissage pour moi et de pouvoir évoluer avec Marcel Bellefeuille, c’est exceptionnel. Ça me permet de voir à l’œuvre un entraîneur professionnel avec de nombreuses années d’expérience. Je trouve ça vraiment intéressant. »

– Luc Brodeur-Jourdain

L’ancien joueur de ligne offensive s’attend à une belle évolution de la part de sa formation.

« Je m’attends à une progression », dit-il. « On a eu de bonnes rencontres (l’an dernier), mais j’aimerais voir un peu plus de production offensive de notre côté du ballon, en ce sens qu’on a souvent été pris dans des situations de matchs où le pointage était très serré. J’aimerais donc qu’on ait de meilleurs départs. De meilleurs débuts de matchs au premier quart. »

« Nous avons très bien terminé les matchs. La deuxième demie nous a toujours été profitable, en 2019, mais en 2020, j’aimerais bien, aussi, voir une bonne première demie. »

« Question de se faciliter les choses un peu. »

Reverrons-nous les « cardiac kids » en 2020? Nous aurons réponse à cette question dans quelques mois.

Patience…