Menu
@
15 février 2020

Marché des joueurs autonomes : Bilan d’une première semaine de magasinage

Quelle semaine ! Pour nous, ici, aux Alouettes, mais pour la ligue au grand complet aussi. La période de négociation avec les joueurs autonomes potentiels a certainement provoqué une accélération des annonces de signature. En fin de journée mardi, on ne savait déjà plus où donner de la tête. Nos opérations football, elles, ont toutefois su maintenir le cap en se concentrant sur leurs priorités :

1️⃣ Remplumer la défense

a) Boucher les trous dans la tertiaire
b) Remplacer Pat Levels et Chris Ackie
c) Dénicher un bon chasseur de quart

2️⃣ Augmenter la profondeur du contenu canadien

L’unité défensive, qui menaçait d’être décimée par le départ de plusieurs joueurs autonomes a été rapidement renflouée, d’abord par le retour de deux demis défensifs d’impact Ciante Evans et Tyquwan Glass. Ciante Evans, qui a réalisé 29 plaqués et surtout trois interceptions en 13 parties jouées l’an dernier avec nous, est une arme dont l’équipe n’était pas prête à se départir.

« On a dû travailler fort sur le dossier de Ciante, mais on a trouvé moyen de s’entendre avec lui. Il a adoré son expérience à Montréal et croit en l’avenir de notre équipe, » a affirmé Danny Maciocia, directeur-général, visiblement fier de son coup.

Glass, quant à lui, a fait partie de nos rangs en 2018 et a été d’une bonne aide à notre nouvel entraîneur de la tertiaire, Barron Miles, l’an dernier à Edmonton. On se retrouve donc avec un groupe solide de partants potentiels, composé de Ciante Evans, Taylor Loffler, Greg Reid, Najee Murray, Tyquwan Glass et Jarnor Jones, qui gagnera à jouer sous la supervision rigoureuse de Barron dont la réputation n’est plus à faire.

👉 Point 1.A ✔️

S’ensuivit l’annonce de l’arrivée de Monshadrik « Money» Hunter. Money Hunter, quand même. Un ajout intéressant, d’une part parce que notre DG, évoquant depuis des semaines les problèmes de plafond salarial, a réussi à acquérir un chasseur d’argent (mauvaise blague) et, de l’autre, parce qu’il s’agit d’une ressource hautement polyvalente. Qui est donc ce fameux Money?

« Vous allez le connaître, promet Danny Maciocia. C’est un candidat au poste de secondeur côté fort. »

C’est aussi un candidat que notre fameux Barron Miles connaît bien, comme il nous arrive d’Edmonton. Rappelez-vous que Patrick Levels, avant son arrivée à Montréal, évoluait principalement sur les unités spéciales à Calgary. Il n’était pas, lui non plus, le plus célèbre de la bande. Pourtant, les entraîneurs ont su faire ressortir le meilleur du joueur explosif en l’utilisant à bon escient. Chose qu’ils répéteront sans doute avec Money et l’ensemble du nouveau groupe.

Plus tôt dans la semaine, notre DG a aussi fait les éloges du secondeur canadien DJ Lalama. Un joueur apprécié dans le vestiaire qui a énormément de cœur au ventre. Henoc Muamba pourrait-il donc être entouré de Money et DJ? Les entraîneurs auront, du moins, de quoi se mettre sous la dent.

👉 Point 1.B ✔️ (ou presque)

Puis, l’annonce de la semaine est enfin tombée : le retour de Woody Baron, de Bo Banner et de Lord Hyeamang et, surtout, l’arrivée de l’ailier défensif Adrian Tracy. Tracy, qui n’a pas vu beaucoup de temps de jeu l’an dernier en raison d’une blessure, affirme que sa période de congé lui a permis de prendre encore plus de force. S’il arrive complètement rétabli, l’ailier pourrait être une sérieuse menace pour les attaques adverses. Entre 2016 et 2017, il a réalisé 85 plaqués défensifs et huit sacs du quart en 33 parties jouées avec les Tiger-Cats de Hamilton. De plus, à 6’3, 245 livres, il a de toute évidence le physique de l’emploi; hyper athlétique et réactif, il peut être utilisé autant pour chasser les quarts que pour aider en couverture. Une autre ressource hybride remplie de potentiel.

Avec Adrian Tracy qui vient se greffer au groupe mené par John Bowman, on peut donc dire…

👉 Point 1.C ✔️

Comme tout bon DG, Danny a utilisé au maximum sa liste de contacts pour atteindre son deuxième objectif, soit d’augmenter la profondeur en matière de contenu national.

« Idéalement, on jouerait avec huit partants canadiens pour avoir une plus grande flexibilité en cas de blessure. »

Afin de mettre toutes les chances de son côté, Danny s’est entendu avec quatre joueurs québécois, dont trois anciens Carabins. David Ménard et Junior Luke, qui évoluaient tous les deux avec les Lions de la Colombie-Britannique la saison dernière, ont ce qu’il faut pour mêler les cartes au camp d’entraînement, selon le DG. En revenant dans leur patelin, les deux joueurs de ligne défensive pourraient effectivement gagner en aisance et éventuellement faire partie de la rotation ou équilibrer le ratio. Frederic Chagnon, lui aussi ancien Carabin ayant joué pour les Lions, et Alexandre Gagné, ancien Vert & Or, s’amènent quant à eux à titre de secondeurs. Deux ressources qui s’avéreront utiles sur les unités spéciales, surtout.

Des décisions un peu moins agréables ont aussi dû être prises, notamment l’échange du botteur Boris Bede en retour du botteur canadien Tyler Crapigna. Ici, le mot clé est canadien. Le statut de Crapigna n’est pas à négliger et sa compensation non plus dans un contexte où de nombreux sacrifices devaient être réalisés afin de renforcer la défense et de conserver des joueurs clés. Sans compter que l’équipe a également acquis une bête de botteur en Ryan Santoso. Un botteur de 6 pieds 6, 258 livres. Il n’a pas le choix d’avoir une jambe forte…

👉 Bref, point 2 ✔️

D’autres mouvements sont sans doute à prévoir, mais le travail effectué en une semaine n’est pas à négliger. Et, dans tout ça, l’attaque spectaculaire qui nous a conduits à la victoire à maintes reprises l’an dernier demeure pratiquement intouchée.