@
7 juillet 2020

Calvillo : «Je suis fier d’avoir joué pendant 20 ans»

MONTRÉAL – Ce mardi à compter de 19 h HE marquera le cinquième rendez-vous télévisuel où RDS présentera un match classique des Alouettes de Montréal.

Le 15 juillet 2011, les Als affrontaient les Argonauts de Toronto et le grand Anthony Calvillo avait la possibilité d’établir un nouveau record de la Ligue canadienne de football (LCF) pour le plus grand nombre de passes de touché en carrière, surpassant ainsi Damon Allen.

Et c’est ce que Calvillo a fait, décochant sa 395e passe de touché; un jeu de huit verges à Éric Deslauriers, lors du premier quart.

Le 15 juillet 2011, au cours du premier quart, Anthony Calvillo est devenu le quart-arrière avec le plus grand nombre de passes de touché de l’histoire de la LCF (La Presse Canadienne).

Le téléphone sonne : « Bonjour, c’est Anthony Calvillo. »

Toute la fin de semaine je me suis préparé à ce moment. Ce n’est pas tous les jours que nous avons la chance de discuter avec une légende du football.

L’athlète originaire de Los Angeles, en Californie est bien sûr membre du Temple de la renommée du football canadien et, en plus du record établi il y a de cela neuf ans, il est aussi le meneur de l’histoire du football professionnel au chapitre des gains aériens, avec 79 816 verges.

De plus, Calvillo fait partie du club sélect de sept pivots qui ont plus de 400 passes de touché en carrière, lui qui en a réussi 455.

Celui que l’on appelle communément AC a amorcé sa carrière dans la LCF en 1994 avec le Posse de Las Vegas, une formation qui n’a pas fait long feu dans le circuit canadien. Il a ensuite passé du temps avec les Tiger-Cats de Hamilton (1995 à 1997), pour ensuite s’installer avec les Oiseaux de 1998 à 2013.

Et c’est là que la machine à exploits s’est mise en marche. Lui qui a remporté trois coupes Grey avec les Als (2002, 2009 et 2010), Calvillo a aussi été nommé sur l’équipe d’étoiles de la LCF à cinq reprises (2002, 2003, 2008, 2009, 2012) et il a été couronné joueur par excellence de la LCF en 2003, 2008 et en 2009.

Bon. Revenons à l’appel que j’ai reçu lundi matin. En bon gentleman, M. Calvillo a répondu à mes questions avec le même professionnalisme qu’il maintenait sur le terrain pendant toute son illustre carrière.

La passe à Deslauriers, il s’en souvient.

« Il y avait beaucoup de discussions à propos de ce record », a dit Calvillo, lui qui a terminé la saison 2011 avec 5251 verges de gains aériens et 32 touchés. « Si je me souviens bien, il fallait que j’aille d’un côté afin de déjouer le maraudeur – c’est comme ça que les entraîneurs avaient dessiné le jeu – et par la suite il fallait que je passe le ballon tout près du poteau des buts derrière le maraudeur. Et je me souviens que lorsque j’ai exécuté le jeu, je savais que ce serait tout près du fond de la zone des buts, juste à cause de l’endroit où j’ai décoché ma passe. »

« Et je crois qu’ils ont dit que c’était un touché, mais l’entraîneur-chef des Argos a défié l’appel. Ils étaient allés à la reprise vidéo. Et je me souviens que je parlais aux entraîneurs sur les lignes de côté, afin de me préparer pour un autre jeu, juste au cas où on nous dirait que ce n’était pas un touché. »

On se demande toujours si ces grands joueurs pensent à ces records ou s’ils essaient de se préparer à l’abri de tout ce bruit ambiant.

« Lorsque je fais un retour sur ma carrière et sur tous les records que nous avons été en mesure d’établir, il y avait toujours des questions reliées à ceux-ci », a expliqué Calvillo. « Ce sont les médias qui m’en parlaient, sinon, je me concentrais sur le match à venir. »

« Mais j’ai toujours dit aux journalistes que j’attendrais la fin de ma carrière avant de faire un retour sur celle-ci et sur tous les exploits que nous avons accomplis. Et c’est ce que je fais en ce moment, avec ma famille et mes filles. J’aime le fait que l’on rediffuse les vieux matchs, puisque maintenant je peux partager ces moments avec mes filles. »

« Pour ce qui est du match en question (le record) était dans ma tête, mais je me concentrais à jouer de la façon que je jouais et je me disais que les choses arriveraient en temps et lieu. »

À travers tous les records, les coupes Grey et les honneurs individuels, c’est sa longévité qui rend Calvillo le plus fier (La Presse Canadienne).

Nous l’avons vu brièvement au début de cette chronique. Calvillo a accompli moult choses dans la LCF. Mais parmi tous ces exploits, ces coupes Grey, ces records, y a-t-il quelque chose qui le rend fier plus que tout?

« C’est difficile à dire… », m’a-t-il dit.

J’imagine…

« Je suis fier d’avoir joué pendant 20 ans », a-t-il fini par avouer. « C’est excitant. Il n’y a pas beaucoup de gens qui ont été capables de faire ça. Donc, faire ça, mais le faire à un haut niveau. J’ai établi mes propres standards. Et il était très important pour moi que je puisse jouer à ce niveau. Et c’est ce que j’ai fait. »

« Et aussi le fait de pouvoir faire un retour sur tous ces records, ces coupes Grey, ces honneurs individuels et de pouvoir le faire avec mes enfants. Parce qu’elles me voient toujours comme un vieil homme, alors c’est amusant de leur montrer que papa a été capable d’accomplir tout ça. »

Calvillo, l’entraîneur

De 2015 à 2018, Anthony Calvillo a été entraîneur des quarts, des receveurs et coordonnateur offensif avec les Alouettes et les Argonauts. Il est maintenant avec les Carabins de l’Université de Montréal depuis 2019.

Mais le grand pivot affirme qu’il n’a jamais voulu faire ça, le job d’entraîneur.

« J’ai toujours dit que je ne serais jamais entraîneur », a dit Calvillo. « J’ai dit ça simplement parce que je voyais tout l’engagement et l’énergie que les entraîneurs y mettaient. Ils y mettent énormément d’heures de travail. Je faisais la même chose en tant que joueur, mais les entraîneurs étaient à un autre niveau. »

« En tant qu’entraîneur, il faut travailler avec plus de 70 personnalités différentes de joueurs et il faut faire attention et avoir une certaine retenue parfois. J’ai toujours trouvé que ce serait tout un défi, mais lorsque je m’approchais de la fin de ma carrière, je me demandais ce que j’allais faire par la suite. Et je me suis simplement demandé ce qu’était ma passion et dans quel domaine j’excellais. J’ai toujours baigné dans le sport, c’était ça ma passion et pendant les deux dernières années de ma carrière, j’ai réalisé que c’est ce chemin que je devais prendre. »

Et pour ce qui est des Carabins, depuis le départ de Danny Maciocia, lui qui est devenu le DG des Als, les Bleus l’ont remplacé par Marco Iadeluca en mars dernier, un candidat parfait selon Calvillo.

« Marco était là (avec les Carabins) avec Danny pour bien des années », a dit Calvillo. « Marco est ensuite allé à André-Grasset pour un certain temps, mais il est de retour en tant qu’entraîneur-chef et il connaît pas mal tout le monde dans l’équipe. Il a recruté la majorité des gars qui sont dans la formation (des Carabins). »

« Cette transition a été très bien faite, mais trois semaines après son embauche, nous n’avons pas pu retourner dans les bureaux à cause de la COVID-19. Nous nous sommes ajustés depuis ce temps et il est un excellent leader, ça, c’est certain. »

« Je sais que je serai toujours le coordonnateur offensif, mais je ne sais pas si mes autres titres ont changé, nous n’en avons pas encore discuté. Mais honnêtement, tous ces titres, j’ai appris que ça ne voulait pas dire grand-chose, finalement », ajoute-t-il, en riant.

« Pour ce qui est du match en question (le record) était dans ma tête, mais je me concentrais à jouer de la façon que je jouais et je me disais que les choses arriveraient en temps et lieu. »

– Anthony Calvillo

Nous le savons tous, depuis le départ de Calvillo, les Alouettes ont eu toutes les misères du monde à le remplacer au poste de quart. Mais bon, est-il remplaçable?

Toutefois, en 2019, Khari Jones et Vernon Adams Jr. ont orchestré tout un revirement de situation et AC en est très heureux et il n’en revient tout simplement pas du travail accompli par ces derniers. Surtout Jones.

« Je serai toujours un partisan (des Als), à cause de toute l’histoire que j’ai avec eux », a dit Calvillo. « J’ai toujours eu envie d’avoir du succès, alors c’était amusant d’observer la transition, en partant du camp d’entraînement jusqu’au début de la saison. »

« Je ne sais vraiment pas comment Khari Jones l’a fait… Prendre la relève au poste d’entraîneur-chef au début de la saison… Et il a dû faire face à tant d’adversité, en plus d’être le coordonnateur offensif de l’équipe… Les Als étaient la propriété de la Ligue et sûrement plein d’autres choses. Il faut lui donner énormément de crédit pour tout ce qu’il a fait (à Montréal). »

« Et tout le monde a hâte de voir ce que les Alouettes feront par la suite. Je suis heureux pour Khari, pour tous les joueurs et pour tous ceux qui travaillent au bureau en chef. »

Pour terminer, Calvillo affirme que son cœur est toujours avec les Alouettes, mais que son poste avec les Carabins lui tient vraiment à cœur aussi.

Il ne sait pas comment les étoiles s’aligneront dans le futur pour un éventuel retour dans l’organisation qui lui a permis d’éblouir les amateurs de football canadien, mais il est heureux d’être toujours dans la ville de Montréal et de s’impliquer dans la communauté, avec les athlètes universitaires.