Menu
@
16 juillet 2020

Équipe d’étoiles de tous les temps selon TSN

Pas facile de faire l’unanimité…

On ne fait que très rarement l’unanimité quand une équipe d’étoiles est dévoilée. Parlez-en simplement à Derek Jeter, qui a été à un seul vote près d’une intronisation unanime au panthéon du baseball.

C’est encore plus difficile quand il est question d’une équipe de tous les temps comme TSN l’a fait pour les Alouettes vendredi dernier. Ce n’est jamais facile de comparer les époques, ce qui rend cet exercice encore plus difficile.

Pour cet exercice, TSN devait nommer sept joueurs canadiens, en plus d’y inclure un joueur actif.

 

Anthony Calvillo est le meilleur passeur de tous les temps du football professionnel et chapeaute cette liste, mais certains partisans plus « expérimentés », et qui ont vu jouer Sam Etcheverry, ne jureraient que par lui. Difficile de contredire leur choix quand un joueur devient le premier de l’histoire de la LCF à lancer pour 4000 verges dans une saison et qui a lancé pour 508 verges dans le match de la Coupe Grey de 1955… à une époque où les attaques ne tournaient pas encore tout à fait autour du jeu aérien.

Difficile de comparer les époques en effet, mais difficile de contredire certaines nominations, telles que Ben Cahoon, Hal Patterson, John Bowman et Chip Cox. Deux sont déjà au Temple de la renommée et les deux autres devraient y être très prochainement.

Un qui est peut-être mieux placé pour comparer certaines époques est le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia, qui a vu plusieurs de ces joueurs évoluer, que ce soit à partir des estrades ou du banc des joueurs.

« Cette liste a fait ressortir plusieurs souvenirs, dont certains héros de mon enfance, comme Peter Dalla Riva. C’était vraiment une sensation unique de voir les noms sur cette liste », a indiqué Maciocia.

 

« De voir des gars que j’ai eu la chance de coacher comme Anthony Calvillo, Mike Pringle, Ben Cahoon, Barron Miles et Uzooma Okeke c’était spécial. La liste m’a permis de revivre mon enfance et ma vie d’adulte. Ça couvre pas mal toute ma vie en fait », a-t-il ajouté.

Le panel de TSN a discuté des choix et parmi les oubliés, on a souligné l’absence de SJ Green et Kerry Watkins, deux receveurs qui ont causé bien des maux de tête aux demis défensifs du circuit canadien depuis le retour des Alouettes en 1996.  Davis Sanchez, lui-même sur la liste, a parlé de l’absence de son ancien coéquipier Ed Phillion, alors que quatre ailiers défensifs ont été nommés sur la ligne défensive, un sentiment partagé par Maciocia.

« Ils auraient pu regarder pour inclure des plaqueurs défensifs. J’aurais vraiment considéré Ed Phillion. C’était une bête et il était vraiment difficile à contrôler », a expliqué le directeur général des Alouettes.

Sur les médias sociaux, les partisans de la formation montréalaise ont parlé de l’absence de Thimothy Strickland et de Keith Stokes notamment.

On a également préféré Marv Levy à Marc Trestman pour l’entraîneur de cette équipe, sous prétexte que Trestman a pu bénéficier d’un certain Anthony Calvillo au poste de quart. D’autres pourraient dire que Calvillo a bénéficié de la présence de Trestman à ce moment dans sa carrière. Comme personne n’a évolué pour les deux, difficile de dire qui a raison.

Voilà le genre de discussion qu’une telle liste peut apporter.

Une chose sur laquelle tous les partisans des Alouettes sont d’accord, c’est que si on refait l’exercice dans dix ans, on aimerait bien pouvoir ajouter des noms de joueurs qui auront remporté eux aussi leur lot de Coupes Grey…