Menu
@
13 novembre 2020

Greg Reid est « redevenu » papa à temps plein…

« Je suis extrêmement fier de lui »

S’il y a au moins un bon côté avec la COVID-19, c’est que le demi défensif des Alouettes Greg Reid passe l’automne au complet pour une première fois avec son fils de huit ans Ayden. L’enfant fait la navette entre son père et sa mère sur une base régulière et le paternel apprécie chaque moment. Les deux parents habitent à 30 minutes de distance alors c’est facile pour Reid de voir son fils régulièrement. D’autant plus que Reid a conservé une bonne relation avec l’ex élue de son cœur qui œuvre en informatique.

Greg Reid joue avec les Alouettes depuis 2018. Sans faire de bruit, il a été un des meneurs de la LCF (12e au total) pour le nombre de plaqués en défensive en 2019 avec 71. Il a également intercepté trois ballons en plus de réussir deux sacs du quart.

À 30 ans, il voyait la saison 2020 d’un bon œil et prévoyait poursuivre sur sa lancée. « Ici en Géorgie les gymnases sont ouverts alors je m’entraîne cinq fois par semaine en plus de marcher mon chien plusieurs fois par jour, » ajoute-t-il avec un brin d’humour. N’ayant pas de contrôle sur la situation, il prend les moyens pour être au sommet de son art lorsque le football de la LCF reprendra. Il apprécie ces moments passés avec son fils, son chien et ses proches.

« Mon fils est venu voir un de nos matchs l’an dernier et il a raffolé de son expérience, il était fier de moi et ça m’a tellement fait plaisir. Cette année, nous passons beaucoup plus de temps ensemble. Il fait l’école virtuelle de la maison, ça me permet de l’aider dans ses devoirs et de l’accompagner à ses parties de football ».

Reid est satisfait des résultats de son fils sur les « bancs d’école ». « Ce n’est pas évident d’apprendre à distance, il faut changer la façon de fonctionner, il faut réapprendre à s’organiser, ça va super bien, je suis extrêmement fier de lui », affirme le papa comblé.

Reid, de nature discrète, regardait les matchs et les pratiques sans rien dire. Comme un papa qui encourage son fils des gradins. Il s’est fait reconnaître et il s’implique maintenant en donnant des conseils à la demande de l’entraîneur de l’équipe de son fils. Ayden joue avec l’équipe des huit ans et moins pour North Gwinnett.

« À son âge, c’est simplement bon qu’il s’amuse avec d’autres enfants sur un terrain, qu’il interagisse avec eux. Il apprend un sport, développe des habiletés, il se crée un esprit d’équipe et se fait de nouveaux amis, pour moi c’est tout ce qui compte. »

Lors de notre appel avec lui, on entendait les moteurs de motocross surgir. C’est que ce sport est très populaire dans son coin et Reid en est un adepte depuis l’âge de sept ans. « Je fais du motocross sur une base régulière depuis ma jeunesse, c’est devenu une partie de moi. Il y a beaucoup d’adrénaline qui entre dans mes veines quand je suis sur ce motorisé, c’est inexplicable mais c’est une belle sensation ». C’est par ce genre d’activité qu’il peut se changer les idées en temps de pandémie.  Il ne déteste pas non plus le jeu de PlayStation 4 « Call of Duty » après une dure journée de travail à lever de la fonte…