@
18 novembre 2021

Harelimana monte en puissance

Ancien Carabin de l’Université de Montréal devenu footballeur professionnel, Brian Harelimana vit le rêve de nombreux jeunes apprentis de la région.

Tu ne le réalises pas vraiment. Quand je me suis fait repêcher, ça m’a pris quelque temps avant de réaliser que j’allais vraiment jouer du football pro à Montréal pour les Alouettes.

Pour l’ancien joueur des Carabins, il s’agissait de son baptême du feu en tant que secondeur professionnel quand il a pris le terrain pour la première fois le 3 septembre dans un match explosif contre Ottawa. Une joute où il a certainement laissé sa marque en produisant deux plaqués défensifs.

Quand j’ai eu ma chance, j’en ai profité. Tu n’as pas beaucoup de chance de faire une première impression.

Conscient de lui-même, Harelimana savait pertinemment qu’en tant que recrue dans une équipe de plus de 60 joueurs, il ne recevrait pas un poste de partant comme par magie. Toujours est-il, qu’après avoir attendu son heure sur l’équipe d’entrainement, le joueur de six pieds deux pouces et 228 livres a su trouver sa place dans l’unité défensive après 8 matchs.

Le parcours n’a pas été facile. Ce n’est pas ce que je m’imaginais. J’ai commencé sur l’équipe de pratique, mais l’équipe d’entraineur m’a encouragé à travailler fort parce que je faisais ça bien.

Effectivement, cette patience a porté ses fruits pour le joueur de 25 ans originaires de Laval vu qu’en huit matchs, le Lavallois a été capable de produire cinq plaqués défensifs, dont trois sur les unités spéciales.

J’essaye d’avoir un impact sur tous les matchs. Je ne veux pas trop en faire parce que je joue avec des professionnelles. Tout le monde est bon et tout le monde est capable de faire des jeux donc quand on appelle mon numéro je veux juste faire ma job.  Si ça nous aide à gagner ben tant mieux.

On dit que le monde est petit, mais celui d’Harelimana est particulièrement serré. En se joignant aux Alouettes, Harelimana renouait avec quelques vieilles connaissances comme Danny Maciocia et Byron Archambault, qui l’ont entrainé pendant ses études universitaires. Des visages familiers qui ont facilité son intégration et lui ont insufflé un élan particulier.

Quand je suis arrivée à ma première journée je savais déjà que le monde me faisait confiance, il fallait juste que je ME fasse confiance et que je démontre ce que je pouvais faire.

J’apprends beaucoup, c’est ma première saison.  On a vraiment un bon groupe de personnes et une bonne ambiance règne donc c’est vraiment une expérience en Or. (…) Ça me rappelle un peu les vestiaires de l’Université de Montréal avec la bonne fraternité et c’est super le fun.

L’avenir est inconnu, mais les Alouettes ont peut-être trouvé en Harelimana une valeur sure de la défense et un futur vétéran.  Harelimana souhaite sincèrement devenir un homme de confiance et continuer à récolter les honneurs dans sa ville natale.

Aujourd’hui, j’ai la chance de jouer professionnellement dans ma ville et je me sens encore plus chanceux. C’est tout ce que j’espérais et plus encore.

Vous aimez ce que vous lisez? Ou encore ‘’vous voulez le voir pas le savoir’’? Pensez-y pas deux fois, suivez vos instincts.  Cliquez ici pour rester à l’affut des dernières nouvelles sur nos Alouettes, et ici si vous souhaitez voir nos prodiges footballeurs en action lors des prochains matchs.