Menu
@
26 juin 2022

Comment Chip Cox a transformé la défense des Als

Même s’il n’a pas joué dans un match de football professionnel depuis 2018, Chip Cox croit qu’il peut encore jouer. D’ailleurs, lorsqu’il a vu un numéro canadien apparaître sur son téléphone récemment, il a cru qu’il s’agissait d’un directeur général lui proposant un contrat. Au lieu de cela, c’était un appel pour l’informer qu’il avait été intronisé au Temple de la renommée du football canadien.

« Pour être honnête, je pensais que le gars qui m’appelait me téléphonait pour savoir si j’étais intéressé à jouer » a dit Cox en riant.

« Et puis quand il a dit (que j’entrais au Temple de la renommée), je ne savais plus quoi dire parce que je savais que c’était ma première année (d’éligibilité). Je ne m’attendais vraiment pas à ça ».

Cox a peut-être été surpris d’être intronisé au Temple de la renommée dès sa première année d’éligibilité, mais ceux qui l’ont observé semaine après semaine ne sont probablement pas choqués. Non seulement a-t-il passé les 13 années de sa carrière avec les Alouettes, mais il détient également le record de la franchise pour le plus grand nombre de plaquages en carrière, et ce, de loin. L’homme de 38 ans a terminé avec 979 plaquages, tandis que le défenseur John Bowman est deuxième sur la liste avec 480.

Le fait que Cox ait été en bonne santé tout au long de sa carrière dans la LCF témoigne de l’importance du travail qu’il a accompli. Il n’a pas manqué un seul match au cours de ses quatre premières années dans la ligue et il a participé aux 18 matchs de neuf de ses 13 saisons. Il n’a jamais joué moins de 15 matchs au cours d’une même campagne.

Seuls Anthony Calvillo (269), Scott Flory (242) et Bowman (230) ont joué plus de matchs dans l’uniforme des Alouettes que Cox (229).

L’ancien Bobcat de l’Ohio détient également le record de la franchise pour le plus grand nombre de plaquages en une saison (115) et il est à égalité avec trois autres pour le plus grand nombre de plaquages en un seul match (13 – à Calgary le 1er juillet 2012).

Cox a commencé sa carrière comme demi-défensif, mais il est passé au poste de secondeur en 2009. Jouer au poste de SE n’est pas facile pour le corps. Cette position exige que les joueurs soient capables de couvrir les receveurs et de faire des plaquages sur le côté large du terrain. Même s’il n’a pas commencé à ce poste, il en a fait sa maison pendant longtemps.

« Ils voulaient que je joue là dès mon année de recrue  » a déclaré le quadruple vedette de la LCF à propos de la position SE. « J’avais de l’appréhension parce que je ne la comprenais pas vraiment. C’était un secondeur, je ne suis pas un secondeur. Je ne comprenais pas. Puis, trois ans après mon début dans la ligue, je me suis dit : « Attendez une minute. Ce type est dans la salle de réunion avec nous, ce type ne se réunit jamais avec les secondeurs, ce type ne s’entraîne jamais avec les secondeurs, oh ce type est un DD, mais il peut aussi faire des blitz et faire tous ces trucs’. Donc, la position semblait vraiment bonne.  »

« Quand ils sont venus me voir en 2009 au camp d’entraînement et m’ont dit que c’était ce qu’ils voulaient faire, c’était plus comme : « C’est ce dont nous avons besoin pour atteindre le niveau supérieur, et nous avons besoin de toi là-bas. Quand votre équipe a besoin de vous pour faire quelque chose comme ça, c’est bon. Je ne suis qu’un pion, mettez-moi là où vous avez besoin de moi à ce moment-là parce qu’il ne s’agissait plus de moi, mais de l’équipe. Nous avions déjà perdu (la Coupe Grey) en 2008. J’avais perdu en 2006. Ces années étaient pour moi, j’essayais de comprendre ma carrière et de savoir ce que je voulais faire. En 2009, il ne s’agissait plus de moi. Il s’agissait de l’équipe et de ce dont elle avait besoin. »

Les choses se sont mises en place pour l’organisation en 2009. Avec Cox maintenant en secondeur, l’équipe a remporté la division Est avec une fiche de 15-3, et ils ont gagné la Coupe Grey à Calgary en battant les Roughriders de la Saskatchewan dans le match « trop d’hommes sur le terrain ».

« Je me souviens de ce que tout le monde a ressenti après avoir perdu en 2008 », a déclaré le joueur défensif de l’année 2013 de la LCF. « Je m’en souviens très clairement. Lorsque nous sommes revenus au camp en 2009, tout le monde avait une puce sur l’épaule. Nous étions à couteaux tirés à l’entraînement et au camp. Nous nous battions dans l’autobus et dans les salles de réunion.

« Nous étions tous des mâles alpha, et nous étions tous en compétition et avions quelque chose à prouver’. Nous avons essayé de le prouver chaque jour à l’entraînement et chaque fois que nous sommes allés sur le terrain. Vous avez vu ce qui s’est passé en 2009. Nous étions assez dominants.

« Tout le monde s’est regardé sur la ligne des côtés, a hoché la tête, est retourné sur le terrain et a géré les affaires. C’est ce qui m’a le plus marqué. L’année 2008 a fait très mal parce que c’était à la maison et que nous avions l’impression d’être la meilleure équipe. Cela ne s’est pas produit pour nous. Honnêtement, nous voulions rejouer contre Calgary en 2009, chez eux, et leur faire la même chose. Nous savions à quel point nous nous sentions mal et nous voulions leur rendre la pareille, mais ils n’ont pas pu se présenter pour une raison quelconque (rires). »

Après avoir tout gagné en 2009, les Als ont repris les choses en main l’année suivante en battant à nouveau ces mêmes Roughriders.

« En 2010, c’était comme, nous savons ce que c’est. Il n’y avait pas de question. »

Dans une ligue où le roulement des alignements est si important, Cox a réussi à jouer pour une seule organisation tout au long de sa carrière. Il a eu un impact durable sur le terrain et dans la communauté, ce qui n’est pas toujours facile pour un joueur de football. Mais Cox y est parvenu grâce à ses performances et à son travail acharné. Les Als et lui avaient une bonne relation et il n’était pas prêt à la sacrifier pour être payé par une autre équipe.

« Les fans m’ont aimé », a déclaré Cox à MontrealAlouettes.com. « L’organisation a pris soin de moi, et c’était une bonne relation. Pourquoi changer cela ? Pourquoi briser cela ? L’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Mon herbe était plutôt verte à Montréal, alors pourquoi voudrais-je voir à quoi ressemble l’herbe des autres ? »

Cox et le reste de la classe 2022 seront intronisés au Temple de la renommée le 16 septembre au Tim Horton’s Field à Hamilton, en Ontario.