Menu
@

Vous Lisez

« Peu importe quelle équipe te repêche » : Zach Lindley

24 août 2022

« Peu importe quelle équipe te repêche » : Zach Lindley

August 20, 2022 Pascal Ratthe/alouettes de montreal

« Peu importe quelle équipe te repêche » : Zach Lindley, un choix de huitième ronde et un as des unités spéciales.

Trouver des joueurs de football de qualité en huitième ronde du repêchage de la LCF n’est pas facile, mais les Alouettes ont montré qu’il y a du talent à avoir dans les sélections finales.

Après avoir décroché un joyau en ronde finale du repêchage de 2020 avec l’ailier défensif Brock Gowanlock, les Als ont choisi le secondeur de l’université Western Zach Lindley avec leur dernier choix en 2022. Non seulement Lindley fait partie de l’équipe, mais il a également été l’un des meilleurs joueurs sur les unités spéciales jusqu’à présent cette saison.

Après le match contre les Tiger-Cats de Hamilton, l’athlète de 22 ans est à égalité avec son coéquipier Tyrice Beverette pour le troisième rang pour les plaqués sur les unités spéciales dans la LCF. Seulement Kevin Francis (12) de la Colombie-Britannique et Stavors Katsantonis (11) de Hamilton ont plus de plaqués que Lindley cette saison. Mais la recrue des Als n’a joué que six matchs alors que c’est deux autres joueurs ont joué deux et trois matchs de plus en 2022.

« Je pense qu’il y a encore beaucoup de place à l’amélioration dans mon jeu », a déclaré Lindley après l’entraînement de lundi. « Je n’ai joué que six matchs, et même si les statistiques indiquent peut-être que je suis quatrième dans les plaqués sur les unités spéciales, je pense toujours que je peux améliorer beaucoup de choses. J’espère qu’au cours de ces neuf derniers matchs, j’aurai l’occasion de le montrer. »

Le natif de Chatam, en Ontario, a eu une carrière très productive à Western. L’équipe a remporté deux titres de la Coupe Vanier pendant son séjour, dont une en 2021. Il a terminé la saison dernière avec 58 plaqués, un sac, deux échappés provoqués, deux échappés recouvrés et deux interceptions.

Malgré son succès à l’université, la recrue n’a pas été invitée au Camp d’Évaluation National à Toronto au mois de mars. Alors, il s’est dit qu’il ne serait probablement pas choisi lors des deux premiers tours du repêchage. Surprise, il part au dernier tour.

« J’étais excité à l’idée de me faire repêcher, bon peut-être pas aussi tard. » a dit Lindley, dont le père, Mike, a également joué au football à Western et a été repêché par les Argonauts de Toronto lors du repêchage de 1991. « J’étais avec ma famille le soir du repêchage. J’ai attendu longtemps, alors cette partie m’a un peu assommé, mais le fait d’être repêché était important pour moi, peu importe la ronde. Je suis toujours là. J’ai eu ma chance. J’ai eu la même chance que les gars partis au premier tour. Juste le fait que j’ai eu une opportunité, j’en suis reconnaissant. Je pense que je montre que peu importe la ronde, tant que vous faites votre travail, vous aurez une chance. »

Lindley est passé par le camp d’entraînement et la pré-saison avec les Alouettes, et il a gagné une place sur l’équipe d’entraînement même s’il avait encore une éligibilité USports restante à Western.

A-t-il été choqué de faire partie de l’équipe ? Pas vraiment. Pensait-il être renvoyé à l’école ? Certainement.

« J’étais simplement reconnaissant d’être ici », a-t-il dit.

« Au début, j’ai pensé que je pourrais retourner à l’école. Beaucoup de gars dans ma situation doivent retourner à l’université. J’étais juste reconnaissant d’être ici et de montrer que je peux jouer si nécessaire. J’ai eu l’opportunité après trois matchs, et j’ai l’impression d’avoir montré que je peux jouer ici.

« Après notre dernier match hors-concours contre Ottawa, (l’ancien coordonnateur défensif) Barron Miles a dit : « Maintenant, tu peux retourner à l’école, et tu diras que tu as joué dans la LCF. J’ai répondu : « Oh, est-ce votre façon de me dire que je me fais couper ? Le lendemain, je m’attendais à recevoir un appel me disant que j’avais été coupé mais personne ne m’a appelé. »

Finalement, la direction a décidé de garder Lindley pour la saison. Cette décision a été très payante. Depuis son arrivée dans l’alignement en Semaine 4, il a fait au moins un plaqué sur les unités spéciales dans chaque match. Jeudi dernier, à Winnipeg, il en a réussi trois.

Si vous prêtez une attention particulière à ce qui se passe sur les unités spéciales, en particulier sur les dégagements, vous avez probablement remarqué qu’il est souvent le premier arrivé sur le retourneur adverse lorsqu’il attrape le ballon. Même s’il n’est pas le plus grand sur le terrain, il joue avec une faim et un désir qui sont difficiles à contenir pour l’adversaire.

« Lindley a énormément de cœur », a déclaré le coordonnateur des unités spéciales, Byron Archambault. « C’est ce qu’il faut. Il faut de la volonté, il faut de l’effort, il faut du désir et des capacités athlétiques. Il a tout cela. Nous l’avons aimé dans le processus du repêchage. Nous pensions qu’il jouait comme ça au collège de Western aussi. Il a apporté la même attitude à Montréal.

« Les gars comme lui nous aident à gagner des matchs. C’est pourquoi nous sommes extrêmement heureux de l’avoir ici. Lindley s’est battu pendant le camp d’entraînement et, durant la saison, il a été formidable pour nous. »

Lindley sait qu’il doit continuer à jouer avec le cœur s’il veut rester dans l’alignement chaque semaine. D’après ce que nous avons vu au cours des six derniers matchs, cela ne devrait pas être un problème.

« Je ne suis pas le plus grand. Je ne suis certainement pas le plus grand ici, je ne suis certainement pas le plus grand demi défensif ici. Pour réussir dans cette ligue, j’ai besoin d’avoir cette mentalité. Une fois que cette mentalité sera partie, je ne serai plus dans la ligue. Je dois simplement montrer que j’ai cette mentalité et que je peux faire face à n’importe quel gars de n’importe quelle taille. »