@
13 juillet 2017

De l’autre côté de la ligne de mêlée

TYRELL SUTTON CONTRE JEROME MESSAM

Le mot fraternité a beaucoup d’importance dans le monde du football. Ils ont beau jouer dur, les joueurs de la LCF se respectent entre eux.  Ennemis sur le terrain, amis dans la vie. De l’autre côté de la ligne de mêlée vous présente deux joueurs qui, même s’ils n’hésitent pas à se massacrer pendant les matchs, ont plusieurs points communs.

Cette semaine, notre leader né, Tyrell Sutton, concourra contre son ancien coéquipier et porteur de ballon bien connu Jerome Messam. Voici ce qu’ils avaient à dire l’un sur l’autre.

TYRELL SUR JEROME

En 2013, Jerome Messam et toi faisiez tous les deux partie du groupe de Mark Speckman, à Montréal. Quels souvenirs as-tu de Jerome ?

C’est un comique, un gars vraiment unique. Il a beaucoup d’histoires à raconter. Je ne peux pas vraiment vous les raconter, mais vous pouvez me croire sur parole; c’est un gars intéressant. Il est terre à terre. Il aime travailler fort et c’est un véritable amoureux de football. Quand il était ici, c’était différent. Jerome est toujours partant pour un nouveau défi et je suis vraiment content de le voir épanoui à Calgary.

On a tous vu Jerome jouer, il est particulièrement tenace sur le terrain. Est-il aussi intense dans la vie de tous les jours ?

Il est plus farceur en personne. Aussitôt qu’il met les pieds sur le terrain, il se transforme, mais à l’extérieur des lignes c’est un gars relax et drôle.

Entre Jerome et toi, qui est le plus bordélique dans le vestiaire ?

Certainement Messam. L’avez-vous vu ? Il est plus grand, ses vêtements sont plus grands… Il est assurément plus bordélique que moi. (Fait cocasse : nous avons appris que Tiquan Underwood remporte le titre du joueur le moins ordonné du vestiaire des Als. Pas grave TQ, on t’aime quand même !

Quel est son animal totem ?

L’ours. Je me souviens être sorti manger avec lui la veille d’un match et il a englouti un immense repas quatre services comme si de rien n’était. Je ne sais pas s’il hiberne, mais c’est vraiment comme ça que je le perçois : c’est un ours géant.

P.S. Tyrell affirme que son animal totem à lui est le pitbull. Denis, je pense qu’on est d’accord de le garder celui-là, hein !?

Penses-tu qu’il ronfle ?

Absolument. Je le sais, j’en ai été témoin.

Qu’est-ce qu’il écoute avant les matchs ?

Ses goûts sont variés. Je sais qu’il écoute beaucoup de musique des Antilles parce qu’il vient des îles. Du reggae, du ska.

Qui va parcourir le plus de verges vendredi ?

C’est moi. BOUM.


JEROME SUR TYRELL

En 2013, Tyrell Sutton et toi faisiez tous les deux partie du groupe de Mark Speckman, à Montréal. Quels souvenirs as-tu de Jerome ?

Certainement son intelligence et l’intensité avec laquelle il court. C’est aussi un petit comique dans les réunions, un farceur.

On a tous vu Tyrell jouer, il est particulièrement tenace sur le terrain. Est-il aussi intense dans la vie de tous les jours ?

En fait, Tyrell est un gars pas mal relax. Il est détendu et a un bon sens de l’humour. C’est une bête sur le terrain, mais dans la vie c’est un gentil – je ne dirais pas géant parce qu’il est petit –, mais il a une âme tendre. (On n’irait peut-être pas jusqu’à dire qu’il est tendre, mais c’est vrai que Tyrell est un super bon gars !)

Entre Tyrell et toi, qui est le plus bordélique dans le vestiaire ?

Sutty. C’est sûr que c’est Sutty parce que, moi, je suis un gars très ordonné.

Quel est son animal totem ?

Sans aucun doute le carcajou. Il est comme Wolverine.

Penses-tu qu’il ronfle ?

Non, il ne ronfle pas. On a été colocs au camp d’entraînement.

Qu’est-ce qu’il écoute avant les matchs ?

Il pige dans un très vaste éventail musical. II écoute de l’alternatif, du rap, du rock, alors ça pourrait être un peu n’importe quoi. (Note : Jerome interprète très bien Future. Vous saurez qui appeler si vous vous cherchez un partenaire de karaoké.)

Who’s outrunning who on Friday?

Moi. C’est clair.