@
28 avril 2020

Retour sur nos meilleurs choix au repêchage – Partie 2: la défense

Le repêchage de la LCF 2020 est à deux pas et nos Alouettes seront aux aguets pour dénicher leur prochaine vague de superstars. Au cours des années, les repêchages nous ont permis de trouver des trésors cachés qui ont su devenir des atouts inestimables pour le club.

On poursuit notre retour sur les meilleurs joueurs repêchés par les Alouettes avec trois de nos meilleurs choix à défense !

SHEA EMRY

Sélectionné en première ronde (7e au total) du repêchage de la LCF en 2008, Shea Emry a passé ses six premières années en tant que professionnel chez les Alouettes. Durant cette période, il a cumulé un total de 261 plaqués, 44 plaqués sur les unités spéciales, 13 sacs, 4 interceptions, 1 échappé recouvert et 1 touché défensif. Il a également gagné deux Coupes Grey avec les Alouettes.

Sa saison la plus prolifique fut en 2012, ayant cumulé quatre-vingt-sept plaqués, dont sept sacs du quart. Sa remarquable performance lui a remporté les titres d’étoile de la division est et d’étoile de la LCF, le trophée Lew Hayman, remis au meilleur canadien de la division de l’Est et le trophée James P. McCaffrey, remis au meilleur défensif de la division de l’Est.

Au cours de sa carrière, il a joué un rôle important au niveau de sensibilisation pour les maladies mentales. À la suite d’une sévère commotion cérébrale en 2011 qui l’a empêché de jouer le reste de la saison, il a dû affronter des démons qui ont refait surface, ayant vécu des épisodes dépressifs lors de son adolescence. Il a décidé d’utiliser ses plateformes pour contrer la stigmatisation associée aux maladies mentales. Il s’est fait remettre le trophée Jake Gaudaur en 2013 en reconnaissance de tout son travail. Il a par la suite lancé le projet WellMan, une initiative ayant pour but d’encourager les hommes à prendre soin de leur santé mentale. Aujourd’hui, il encore fortement impliqué dans la cause et est ambassadeur pour plusieurs initiatives, dont la campagne sur la santé mentale de Movember Canada, la campagne parlons-en de Bell, la fondation David Suzuki et la Fondation Santé des hommes au Canada

DAVIS SANCHEZ

Sélectionné en première ronde (6e au total) du repêchage du LCF en 1999, le demi de coin étoile Davis Sanchez a vécu une remarquable carrière de 11 saisons, durant laquelle il a joué 155 matchs dans la LCF et a cumulé 28 interceptions et 3 échappés. Il a gagné 3 Coupes Grey, dont une à Montréal en 2009.

Lors de sa deuxième années avec les Alouettes, il a amassé 9 interceptions, le mettant au premier rang de la LCF pour le plus grand nombre d’interceptions en 2000. Cette année, il a remporté une foulée de distinctions, dont les titres d’étoile de la LCF et d’étoile de l’est ainsi que le trophée Lew Hayman, remis au meilleur Canadien de la division de l’Est. Ses remarquables performances sur le terrain ont attrapé l’intérêt des Chargers de San Diego, avec qui il a joué deux saisons. Il est revenu dans la LCF en 2003 et s’est joint à différentes équipes, dont les Stampeders, les Alouettes, les Eskimos et les Lions, jusqu’à sa retraite en 2012. Il a remporté un autre titre de joueur étoile de la LCF en 2003 et deux autres titres de joueur étoile de l’est en 2004 et 2008.

En mai 2017, Sanchez est devenu le nouvel analyste pour les matchs des Alouettes sur TSN 690. Moins d’un an plus tard, il a joint l’équipe de CFL on TSN au poste d’analyste.

TONY PROUDFOOT

Sélectionné en quatrième ronde (36e au total) du repêchage de le LCF en 1971, le demi défensif étoile Tony a passé neuf de ses douze saisons dans la LCF en tant qu’Alouette. Il a participé à cinq championnats de la Coupe Grey et en a gagné deux d’entre eux, dont le Ice Bowl de 1977. On se souvient de lui comme étant celui ayant installé des agrafes dans les souliers de ses coéquipiers pour leur donner plus de traction sur le terrain glacé, et ainsi gagner la coupe.

Il a obtenu la distinction de joueur étoile de l’est en 1977 et 1979.il a signé avec les Lions de la Colombie-Britannique en 1980 et annonçait sa retraite en 1982. Durant sa carrière de football, Proudfoot enseignait aussi l’éducation physique au Cégep Dawson à Montréal. Après sa retraite, il a combiné sa passion pour le mentorat et son amour pour le football et est devenu entraîneur pour différentes équipes à travers la ville, incluant les Alouettes Junior. Il a également poursuivi son éducation pour obtenir sa maîtrise en sciences des sports à l’université McGill.

Lorsque les Alouettes sont revenues à Montréal en 1996, il est devenu l’analyste de l’équipe sur CJAD. Il a publié un livre en 2006 intitué « First and Goal: The CFL and the Pursuit of Excellence », qui examinait les traits qui différencient les athlètes extraordinaires des joueurs médiocres. Un an plus tard, il annonçait publiquement qu’il souffrait de sclérose latérale amyotrophique (SLA), ou populairement appelée la maladie de Lou Gehrig. Il a documenté son combat avec la maladie à travers des chroniques régulières dans la Gazette de Montréal et a fondé le Tony Proudfoot Fund for ALS Research at the ALS Society of Quebec, qui amassé plus de 500 000 $.

Il a été intronisé au Temple de la renommée du football canadien en 2008 et a été honoré par la ligue canadienne en novembre 2010 avec le prix Hugh-Campbell. Tony Proudfoot s’est éteint le 30 décembre 2010, à l’âge de 61 ans.