Menu
@
21 août 2020

Cheer un jour, Cheer toujours – Corinne

Vous vous êtes déjà demandé où étaient rendues vos cheerleaders des Alouettes préférées?…Suivez notre série « Cheer un jour, Cheer toujours » où nos anciennes nous parlent de leur expérience, de leur cheminement et de ce qu’elles sont devenues!

Cette semaine, on en apprend un peu plus sur Corinne, qui a été cheerleader de 2013 à 2015!

 

Qu’as-tu fait après ton temps avec les Alouettes et où es-tu rendue aujourd’hui?

Depuis les six dernières années, j’ai la chance de travailler pour le Groupe Aldo, une entreprise montréalaise qui opère dans plus de 100 pays, et qui chausse des milliers de fashionistas à travers le monde. J’occupe le poste d’acheteuse de chaussures pour femmes pour la bannière Aldo aux États-Unis. Mon travail consiste à participer au développement des collections, du sketch à l’échantillon final, à choisir les modèles qui seront dans plus de 200 magasins et à collaborer au marchandisage en magasin, en ligne et sur les réseaux sociaux. Mon plus grand défi au quotidien est de déterminer neuf à douze mois à l’avance ce que nos clientes voudront porter, ce qui requiert une bonne connaissance des tendances et de nos meilleurs vendeurs des saisons précédentes, ainsi que du flair. L’industrie de la mode vit de gros challenges depuis les dix dernières années, avec entre autres l’avènement du commerce en ligne et la nouvelle réalité du magasinage durant la pandémie. Cela nous amène à constamment revoir nos façons de faire et à trouver de nouvelles façons d’attirer la clientèle. On ne s’ennuie jamais en travaillant dans la mode!

 

Quel est ton meilleur souvenir en tant que cheerleader avec les Alouettes?

Mon meilleur souvenir en tant que cheerleader des Alouettes est probablement mon audition en 2015. J’auditionnais avec mes deux copines Chloé et Naomi, et après une longue journée de dur labeur, nous avons eu la joie d’apprendre que nous faisions toutes les trois partie de l’équipe. C’était la première fois dans l’histoire des cheerleaders des Alouettes que trois femmes de race noire étaient sélectionnées dans la même cohorte. Ce fut un moment très émotif pour nous toutes et une victoire pour la représentation de la ville multiculturelle qu’est Montréal. Durant la saison 2015, nous avons pris très sérieusement nos rôles d’ambassadrices en participant à un grand nombre d’activités communautaires surtout dans les écoles pour démontrer aux jeunes filles du Québec que leurs rêves pouvaient se réaliser, peu importe leur couleur de peau.

 

Quelle est ton anecdote la plus farfelue?

La veille de mon premier match en tant que cheerleader, j’étais même excitée à l’idée de faire ma valise. J’ai vérifié à maintes reprises que tous les éléments sur la liste étaient bien dans ma valise et bien organisés. En refaisant et défaisant ma valise plusieurs fois (oui j’étais un peu maniaque), j’ai remarqué que ma robe de match, qui était un de nos uniformes officiels, était froissée. En voulant bien faire, je me suis dit : « Pourquoi ne pas la repasser? ». Grave erreur! Le tissu de la robe a fondu sur le fer. J’ai commencé à pleurer et je me demandais quoi faire. Je savais bien que je n’avais pas le choix d’appeler Annie mais j’étais terrifiée! C’était vraiment une erreur de débutante! Je me demandais si elle allait me laisser participer au match alors que je n’avais rien à me mettre sur le dos! Après une heure de sanglots, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai appelé Annie, qui a été si compréhensive et m’a rassuré que je ne n’allais pas perdre ma place sur l’équipe pour autant. J’ai été chanceuse car une de mes coéquipières était enceinte et a pu me prêter sa robe pour le match avant que je reçoive mon nouvel uniforme. Plus de peur que de mal, mais quelle expérience pour mon premier match!

 

Qu’as-tu appris durant ton temps avec les Alouettes?

Comme la grande majorité des filles qui ont eu la chance de faire partie de l’équipe, je dois dire que mon expérience en tant que cheerleader des Alouettes m’a beaucoup appris sur l’amitié entre femmes. Être entourée d’une trentaine de femmes, toutes différentes les unes des autres, mais travaillant ensemble pour accomplir le même objectif, m’a fait réaliser que la solidarité entre femmes au travail est un réel tremplin pour le succès. J’ai créé dans l’équipe des amitiés fortes avec mes coéquipières qui dureront une vie et j’ai été adopté par un réseau d’anciennes qui se supportent à travers toutes les sphères de nos vies.