@

Quand Kavis Reed a été nommé Directeur général, il a promis de profiter au maximum du marché des joueurs autonomes lors de ses premières saisons. Promesse tenue. En 2018, pas moins de neuf joueurs ont été acquis après l’ouverture du marché de la LCF. Cette année, le butin s’annonce plus petit et c’était le plan.« On n’ajoutera pas un grand nombre de morceaux, affirme Reed. On sollicitera certains joueurs clés et si on acquiert trois ou quatre gars, on sera exactement là où on doit être. »

Après s’être rencontrés plusieurs fois dans les derniers mois, Reed et l’entraîneur chef Mike Sherman ont identifié les besoins de l’équipe dans les trois sphères du jeu. Tous deux s’entendent sur la nécessité d’abaisser la moyenne d’âge au sein de l’alignement, bien sûr.  Tous deux s’entendent aussi sur les quatre priorités suivantes :

  • Augmenter la profondeur en ce qui a trait au contenu canadien (encore et encore)
  • Redorer le blason du groupe des receveurs
  • S’emparer d’un chasseur de quart solide
  • Dénicher un joueur polyvalent qui pourra s’illustrer aux postes de retourneur, demi défensif ou, possiblement, demi offensif

 

On vous laisse vous imaginer qui dans la longue liste d’agents libres correspondrait le mieux à ces descriptions. En vous livrant à l’exercice, pensez complémentarité. L’équipe sait à quoi s’attendre de gars comme Eugene Lewis, Ernest Jackson et Wiliam Stanback, maintenant, elle doit remplir les cases vides. Idéalement, elle mettrait la main sur un receveur rapide capable d’étirer le terrain, sur un homme de possession fiable et sur le yin au yang de Stanback qui offrira du renfort derrière la ligne de mêlée et réalisera les tracés à l’extérieur.

Si Reed et ses collègues ne comptent pas s’appuyer aussi fortement sur le marché des joueurs autonomes de la LCF que dans le passé, ils assurent mettre le paquet dans leur planification en prévision du repêchage et des camps d’essai.

« Le marché des joueurs autonomes de la LCF te permet de rehausser la qualité de ton alignement, pas de le bâtir, explique Reed. Le plus important c’est le repêchage. On a entamé le processus pour 2019 dès qu’on a terminé celui de l’an dernier. Les camps d’essai sont la deuxième priorité puisqu’ils nous permettent de développer nos gars à notre manière. »

Il suffit d’examiner les acquisitions effectuées lors du repêchage de 2018 (ex. : Bo Banner et Jean-Gabriel Poulin) ou grâce aux camps d’essai (pensez au joueur de ligne défensive partant Woody Baron) et de revenir à l’objectif principal d’atteindre la fameuse moyenne optimale de 27 ans pour conclure que le marché des joueurs autonomes n’est pas forcément ce qui propulse le renouveau.

Comme tous les ans, on s’attend à voir les équipes s’emparer des joueurs les plus convoités rapidement après le son de cloche prévu aujourd’hui, mardi 12 février, à midi. Bien que les négociations entre la ligue et l’association des joueurs soient toujours en cours, les fans de foot canadiens devraient avoir droit à quelques surprises au courant de la journée. Ceux qui risquent de nous faire patienter ? Les vétérans qui attendront sans doute pour s’accorder avec le plus offrant. Néanmoins, comme vous, on aura les yeux rivés sur nos fils d’actualité pour observer en temps réel les changements dans le paysage de la ligue.