@
17 mai 2019

Notes du camp : Samuel Thomassin réalise son rêve de p’tit gars

Le camp d’entraînement. Un moment tant attendu et détesté à la fois. Pensez-y, deux semaines de travail intensif, sur le terrain et dans les salles de réunion. De 8h à 22h, parfois plus. Déjeuner, dîner et souper à la cafétéria. Des nuits courtes dans les lits simples des dortoirs. La pression et la crainte d’entendre cogner à ta porte avant l’heure pour te faire dire de plier bagage… Surtout, le bonheur de retrouver tes coéquipiers, d’en rencontrer des nouveaux, de raviver ton esprit compétitif et de jouer, enfin, sur TON terrain.

Les recrues sont arrivées au stade de McGill cette semaine pour s’adapter au rythme professionnel avant de devoir se mesurer aux vétérans. Aujourd’hui, c’est Samuel Thomassin qui s’est confié sur son expérience.


« Peu importe, je vais donner mon 100% chaque pratique et essayer de m’améliorer de jour en jour. Je vais appliquer les conseils qu’on me donne. Il y a tellement de points techniques à travailler à notre position et, selon d’où on vient, on a tous appris différemment. Il y a toujours des ajustements à faire dans nos pas, dans la façon de placer nos mains. Je pense par contre avoir acquis de bons outils à Laval pour appliquer de la pression, » a-t-il après son troisième entraînement avec l’équipe ce matin.

Ça se voit, ça se sent, du haut de ses 6’6 et 330 livres (chaque fois, les géants me surprennent), Samuel est all-in.

« C’est fou de savoir que tu pourrais faire partie de l’équipe que t’as regardée jouer toute ta vie. C’est un rêve de petit gars. »

Le jeune joueur de ligne à l’attaque tout droit sorti du ROUGE et OR est déterminé de se tailler une place sur l’alignement. Ici, au camp des recrues, il retrouve deux voix familières dans le caucus; celles du quart Hugo Richard et du receveur Étienne Moisan (qui s’entraîne davantage au poste d’ailier rapproché pour l’instant). Le trio a l’avantage de ne pas être trop dépaysé.

Crédit photo : Mathieu Belanger

Samuel suivra-t-il les traces de notre Luc Brodeur-Jourdain ? Il a l’attitude pour y arriver et, selon le coordonnateur à l’attaque Khari Jones, il était un candidat convoité de l’équipe de dépistage. Chose certaine : la compétition s’annonce féroce pour les colosses du front offensif avec le retour de Luc Brodeur-Jourdain, Kristian Matte, Tony Washington, Sean Jamieson, Zach Annen, Na’Ty Rodgers, Tyler Johnstone et Trey Rutherford, en plus de l’arrivée du joueur étoile Spencer Wilson et quelques autres.

La lutte pour les postes sur la ligne partante sera l’une des plus importantes pour l’édition 2019 de nos Alouettes et des plus intéressantes à suivre à compter de la semaine prochaine.

Voir le calendrier de la saison