@
11 octobre 2019

3 points à savoir sur le match à Winnipeg

Nos Alouettes ont quitté le temps clément de Montréal vendredi matin pour s’envoler en direction de Winnipeg. Là où il vente, là où il fait froid, là où il tombera 15 cm de neige l’instant de notre séjour. Merveilleux. Disons qu’en fin de saison, tout le monde se passerait d’un voyage dans les prairies.

Cette année, toutefois, nos gars ont probablement particulièrement hâte d’affronter les Blue Bombers. Rappelez-vous la remontée qu’ils ont effectuée lors du dernier match contre la troupe de Mike O’Shea. Une remontée de 24 points qui a valu à notre équipe l’une des victoires les plus impressionnantes de son histoire. Rappelez-vous aussi l’humeur des Bombers après la partie… Ils doivent nous attendre de pied ferme. Voici trois points à savoir sur le duel qui s’annonce particulièrement enflammé :

 

1-Du nouveau en protection

Le joueur de ligne offensive Kennedy Estelle effectuera son premier départ dans l’uniforme des Alouettes. Le jeune athlète qui a joué pour les universités de West Alabama et du Texas avant de passer une saison chez les Riders de la Saskatchewan en 2016 pourra être aperçu au poste de bloqueur à droite, tandis que Chris Schleuger prendra la place de Tony Washington (fracture à la jambe) au poste de bloqueur à gauche.

« Kennedy possède de l’expérience dans la LCF et il est très bon à l’entraînement. Il l’est depuis des semaines déjà, a confirmé Khari Jones. Je sais qu’il n’a pas pris part à un match depuis un moment, mais j’ai confiance qu’il ne sera pas trop rouillé. On a besoin de Kennedy à son meilleur contre la ligne défensive de Winnipeg. »

Les gars de la LO devront certainement avoir à l’œil l’ailier défensif Willie Jefferson ainsi que le secondeur Adam Bighill souvent utilisé en blitz. Bighill avait atteint Vernon Adams Jr à deux reprises lors de la rencontre du 21 septembre et a sans doute encore une crotte sur le cœur après l’incident du casque.

2-L’importance du jeu au sol

Quand il fait froid, on court ! Sans négliger le jeu aérien, les deux équipes devront certainement remettre le ballon à leurs porteurs plus souvent qu’à l’habitude. En septembre, les Bombers avaient eu raison de Will Stanback en le limitant à deux verges au sol. Ils s’étaient montrés particulièrement motivés après les flèches lancées par John Bowman et Vernon Adams Jr à l’égard d’Andrew Harris. Cette fois, en l’absence de Will Stanback et d’altercation entre les deux organisations, Jeremiah Johnson devrait voir du terrain.

« C’est certain qu’on espère qu’il ne neigera pas trop pour pouvoir passer le ballon adéquatement. Sinon, ce ne sera pas la première fois ou on devra compter fortement sur le jeu au sol. Nos gars sont amplement capables de faire le boulot, » a dit Khari Jones, optimiste.

N’oublions pas aussi que, comme le quart de Winnipeg Chris Streveler, notre Vernon se déplace très aisément à l’extérieur de sa pochette. D’ailleurs, il manque à Vernon deux touchés pour fracasser le record de la ligue de 14 touchés en une saison des quarts Doug Flutie et James Franklin.

3-Le caractère prévisible de l’attaque des Bombers

Nos adversaires n’ont pas connu leurs moments les plus glorieux dans les dernières semaines. Après 3 défaites consécutives, ils voudront possiblement réviser leur stratégie, mais le manque de vision du jeu et d’expérience de leur quart pourrait les en empêcher. Streveler a beau être habile sur ses deux jambes, il manque souvent de précision et est très, très prévisible. En septembre, une fois que la défense de Bob Slowik a compris ses habitudes, l’allure du match a complètement changé. La clé sera de le comprendre avant la mi-temps, cette fois-ci.